AJIR : Adama Kanazoe reconduit

787 0

Le premier conseil de l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR) s’est tenu les 23 et 24 février 2018 à Ouagadougou sous le thème « AJIR face aux défis de la cogestion du pouvoir d’Etat ». Elle a permis l’adoption des amendements aux textes fondamentaux du parti qui a permis la création d’un haut conseil au sein du parti.

Tenu les 23 et 24 février 2018 à Ouagadougou sous le thème « AJIR face aux défis de la cogestion du pouvoir d’Etat », le premier congrès de l’AJIR a réuni les représentants des différentes structures du parti.

Selon le deuxième vice-président du parti Birba Mamadou, ce congrès a permis l’adoption des amendements aux textes fondamentaux du parti, le renouvellement des organes du parti et la prise des résolutions. Il a annoncé qu’au titre des amendements, il est créé un haut conseil au sein du parti et mis en place par le bureau politique national (BPN). Il a pour mission de veiller au respect de la conformité des actes des organes de direction du parti, de contrôler la gestion financière, entre autres.

Quant aux structures du parti, le deuxième vice-président signale qu’ils sont désormais le coordonnateur à l’échelle de la province, le correspondant dans les communes ou arrondissements ou le point focal dans les secteurs ou village.

Pour les résolutions, trois ont été adoptées par le congrès dont la dissolution de toutes les structures du parti en fin de mandat et a instruit le nouveau Bureau exécutif national(BEN) de procéder à leur renouvellement progressif. Et a pris acte de l’union du parti avec trois autres partis politiques pour la formation de l’Union pour la démocratie et le progrès(UDP). Il a déclaré que le congrès a élu un nouveau BEN de 44 membres pour  quatre ans et sera conduit par Adama Kanazoé.

« Ce premier congrès nous a permis d’analyser de façon objective nos forces et nos faiblesses et surtout de pouvoir réorienter notre action politique », a laissé entendre le président du parti Adama Kanazoe. Il affirme qu’ils ont des faiblesses  tant au niveau endogène qu’exogène.

Quant à leur remédiation,  il estime qu’au niveau endogène,  c’est de pouvoir travail sur les leviers pour changer les choses. Ils vont recentrer les choses et faire de telle sorte d’avoir un bureau exécutif opératoire pour ce qui concerne les problèmes exogènes.

Parlant du procès du putsch de septembre 2015 prévu pour le 27 février 2018, Adama Kanazoé a indiqué que  le peuple burkinabé a l’occasion de connaitre la vérité sur un dossier parmi beaucoup d’autres. Un premier pas qu’il souhaite dans la sérénité afin que la justice fasse son travail.       

Aimé KPODA

Pour Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *