Des fils et filles du Ganzourgou se concertent à Ouaga

1157 0

Ce 25 février 2018 à Ouagadougou, les membres de l’Association pour le développement de la province du Ganzourgou (ADPG) étaient en session statutaire, première du genre après leur assemblée générale constitutive.

Il s’est agi, selon les responsables de l’ADPG, de faire le bilan moral et financier de la structure, mais également d’échanger autour des perspectives d’actions pour le développement de la province du Ganzourgou.

« Il était de bon ton pour nous, en tant que responsables du Bureau exécutif, de soumettre à l’adoption de l’Assemblée générale un plan d’actions triennal. Ce plan prévoit à moyen terme, dans tous les secteurs, un certain nombre d’activités (culturelle, sportive, professionnelle, sanitaire, etc.) de développement économique et social de notre province », a expliqué Joseph Martin Kaboré, Président de l’association.

Il a soutenu que ce plan est un programme ambitieux mais réaliste comportant plusieurs axes stratégiques. Selon ses dires, aucun groupe vulnérable, en l’occurrence les femmes, les enfants ou les jeunes, ne sera mis à l’écart.

Le plan de l’association se chiffre à plus de deux milliards de F CFA sur trois ans (2018-2020). Il porte son espoir sur le soutien et la cohésion de l’ensemble des fils et filles du Ganzourgou. Ce plan d’actions triennal compte aussi sur les contributeurs, partenaires et sponsors favorables au développement du Ganzourgou.

« Nous pensons pouvoir mener à terme ce programme d’activités pour le bonheur des populations de la province », a souhaité Joseph Martin Kaboré. L’association, a-t-il ajouté, s’érige dans une logique participative. Selon ses explications, il s’agit d’amener les acteurs locaux de la province à travailler avec l’appui de l’ADPG afin de pérenniser et mettre en valeur les différentes réalisations.

« Nous n’avons aucune ambition politique, ni confessionnelle », rassure le premier responsable de la structure. Mais le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, est aussi ressortissant du Ganzourgou. Comment expliquer cette coïncidence ?

« Rassurez-vous, l’association est apolitique. C’est dans notre statut. C’est pourquoi, nous ne voulons pas rechercher des financements et aller plaquer des infrastructures. Nous voulons que les besoins soient exprimés par les populations bénéficiaires à la base. Et sur cette base, nous voyons si nous pouvons les accompagner. Si le politique se résume au développement de la province, peut-être que nous nous rencontrerons quelque part. Mais, nous avons des chemins différents. Rassurez-vous », a rétorqué Joseph Martin Kaboré.

Pour rappel, l’ADPG se veut une jeune structure née pour contribuer au développement du Ganzourgou. Elle est tenue notamment par des ressortissants de cette province située dans la région du Plateau-Central, avec pour Chef-lieu Zorgho.

L’association a été portée sur les fonts baptismaux en mai 2017. Elle dispose pour l’heure d’un siège administratif à Ouagadougou et un autre opérationnel à Zorgho. Pour élargir ses champs d’opérations, elle travaille à installer des comités communaux dans tous les huit départements que compte la province.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *