Burkina : La promesse du HCRUN aux policiers et militaires radiés

352 0

Le dossier des policiers et militaires radiés “sera parachevé au plus tard le 15 avril 2018”. C’est la promesse faite aux militaires et policiers radiés le 26 février 2018 lors d’une rencontre avec le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN).

Le HCRUN a rencontré le 26 février 2018 les militaires et policiers radiés, selon un communiqué signé de la direction de la communication de l’institution. L’objectif était de les informer sur l’état d’avancement de leur dossier.

A lire le communiqué, les membres du Haut conseil ont tenu un langage empreint de réalisme et de fermeté à l’endroit des radiés. Par exemple, il a été rappelé aux intéressés que l’institution doit gérer 5065 dossiers et qu’un rapport est en cours d’élaboration  “avec des propositions concrètes dont le mode de réparation tiendra compte de chaque groupe spécifique ainsi que de la situation socio-économique du pays“.

“Dans ce dossier de la mutinerie, il y a tant de pardon à demander et autant de rédemption à accorder. Dans ce sens, le Président du HCRUN a tenu à réaffirmer, face aux menaces que certains des leurs ont proférées au cours de ces échanges, qu’aucune agitation ni aucune pression indues ne sauraient se faire l’allié raisonnable d’un règlement fraternel d’un dossier autant polémique”, ajoute le communiqué.

Néanmoins, une promesse a été faite aux radiés.  « Promesse a été faite que le dossier sera parachevé au plus tard le 15 avril 2018 », lit-on.

Cette rencontre a été l’occasion pour les conseillers du HCRUN de lancer un cri de cœur en ces termes : « HCRUN est l’institution qui, par essence et par responsabilité morale, s’est engagée à entendre toutes les souffrances et à œuvrer à la réduction de toutes les frustrations, en vue de la réconciliation et de l’unité nationale.

Pour y parvenir, il faut qu’à l’évidence, le HCRUN endure critiques et reproches, censures et autres jugements, même tendancieux, et qu’il souffre des lenteurs indépendantes de sa volonté ».

Grippé après quelques mois de fonctionnement, le HCRUN, dont la mission est de conduire le Burkina à la réconciliation en vidant tous les crimes ou injustices commis et déclarés, a changé de président après la démission du premier, Benoît Kambou. Aujourd’hui dirigé par Léandre Bassolé, il a en charge la gestion de plus de  5 000 dossiers, dont celui des militaires et policiers radiés après la mutinerie de 2011 qui plaident depuis lors pour leur réintégration. 

Burkina24


NB : Photo d’archives

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 1 commentaire

  1. Le hcrun, le médiateur du Faso, et autres… pour des problèmes qui ont le même dénominateur c’est à dire les même causes connues depuis des temps…!?! Alors: Diversion !? Populisme !? De la poudre aux yeux…!!??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre