Rémunération des agents de l’Etat : Le Premier ministre lance la concertation

1309 0

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a remis des documents introductifs aux forces vives de la nation sur les conditions de rémunération des agents de l’Etat.  Selon lui, l’objectif est de poser les bases d’une rémunération juste, objective, conditionnée par le mérite des agents de l’Etat.

Dans son adresse à la nation le 31 décembre 2017, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé une concertation avec tous les acteurs sur les systèmes de rémunération des agents de l’Etat.

C’est dans cette dynamique que le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a rencontré les différents acteurs, ce mercredi 28 février 2018 à Ouagadougou.

Le monde syndical, les partenaires techniques et financiers, les leaders religieux et coutumiers, les élus consulaires, les élus locaux et nationaux, les organisations de la société civile, les artisans, entre autres, ont tous reçu le document faisant le diagnostic, l’analyse sur les différents éléments du système de rémunération de l’administration publique.

 A l’endroit des forces vives de la nation, Paul Kaba Thiéba a fait comprendre que le document est une analyse des réalités de l’administration publique.

« Le document est une ébauche d’analyse de la situation actuelle. Un document introductif, qui ne pose pas de solutions toutes faites mais, se veut être une source de proposition », a-t-il ajouté.

A l’écouter, l’évolution de la masse salariale doit  être compatible avec les équilibres macro-économiques du pays.

Le monde syndical qui estime que les nouvelles conditions de rémunération des agents de l’Etat vont consister à la remise à plat des acquis, Paul Kaba Thiéba a expliqué que c’est une démarche participative et consensuelle.

« C’est, de remettre un document qui fait le diagnostic de la situation, en mettant en évidence l’évolution de la masse salariale et son impact sur la viabilité du cadre économique du Burkina Faso. Egalement, son impact sur la capacité du gouvernement à financer le PNDES qui doit nous permettre de sortir de la pauvreté et avoir une forte croissance », a-t-il précisé concernant la procédure.

Par ailleurs, il a demandé à chaque strate de faire des propositions, des amendements et des observations pour un document final et consensuel dans un délai de 21 jours.

A cet effet, un secrétariat sera mis en place pour la réception des contributions et des propositions.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *