Attaque du 2 mars au Burkina : Vendredi noir à Ouaga

1431 0

Une attaque a visé l’état-major général des armées et l’ambassade de France au Burkina Faso à Ouagadougou, ce 2 mars 2018. 8 éléments des forces de défense et de sécurité ont perdu la vie. 8 assaillants ont été abattus.

Le vendredi 2 mars 2018, aux environs de 10h, c’est la confusion et la panique sur l’avenue de l’Indépendance à Ouagadougou. Des coups de feu sont entendus. Quelques kilomètres plus loin, sur l’avenue de la Nation, une déflagration secoue tout le centre-ville. Celui-ci se vide de son monde. Les commerces et lieux de travail sont fermés en toute hâte.

Après quelques instants de confusion totale, les informations deviennent plus précises. L’état-major général des armées et l’ambassade de France au Burkina sont les cibles d’une attaque d’individus armés.

Le mode opératoire et les circonstances de l’attaque ne sont pas encore clairement définies. Mais des bribes d’informations glanées, les assaillants ont ouvert le feu sur les éléments des forces armées nationales qui gardent les entrées de l’ambassade. Ces derniers ripostent. Deux assaillants sont abattus et deux autres blessés.  Ils seront achevés par les unités spéciales de la gendarmerie nationale arrivées en renforts. Malheureusement, un gendarme et un élément des forces armées sont mortellement touchés. Quelques instants plus tard, les forces spéciales françaises arrivent.

8 morts, plus de 80 blessés

A l’état-major général des armées, les informations ne sont pas encore précises. Mais 4 assaillants y ont été abattus et 6 militaires burkinabè ont perdu la vie. Les dégâts matériels sont énormes : véhicules calcinés, bâtiments détruits.

L’attaque aura duré 5 heures.

En conférence de presse ce vendredi 2 mars 2018, le ministre de la sécurité, Clément Sawadogo a indiqué le bilan provisoire fait état de 8 décès au niveau des forces de défense et de sécurité sur les deux sites. Le ministre note également plus de 80 blessés dont une douzaine qui sont sévères.

Pour les assaillants, 8 ont été neutralisés selon le ministre qui précise que depuis 15h, la situation est maîtrisée.

Le Parquet de Ouaga ouvre une enquête et lance un appel à témoins

Dans un communiqué en début de soirée du 2 mars 2018, le Parquet de Ouagadougou a annoncé qu’une enquête a été ouverte sur l’attaque.

Le parquet ajoute que « les fouilles aux fins de déminage de certains des lieux touchés viennent de s’achever. Il se poursuit actuellement le décompte et l’identification des victimes.

Le parquet de Ouagadougou a ouvert une enquête et s’est transporté sur les lieux ainsi que les officiers de police judiciaire et les investigations se mènent sous sa direction. Le bilan vous sera donné au terme de l’opération en cours »

En vue de soutenir l’enquête, le parquet a lancé un appel à témoins « pour aider dans la recherche et l’identification des complices, des hôtes et de tous facilitateurs éventuels des faits ».

« Toute personne désireuse d’apporter son témoignage peut saisir l’un des commissariats de police ou brigade de gendarmerie le plus proche », termine le communiqué.

« Le peuple burkinabè restera debout et uni face à l’adversité »

Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a réagi, sur son compte Twitter le vendredi, sur l’attaque terroriste qui a frappé le Burkina Faso.

Il annonce qu’elle a fait 8 morts et plusieurs blessés mais affirme que « le peuple burkinabè restera debout et uni face à l’adversité ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *