Séydou Toé : « L’élevage est un secteur d’avenir »

352 0

Seydou Toé est le président de la Coopérative des Commerçants de Bétail et Courtiers de la Région des Lagunes et représentant de la Fédération Nationale des Coopératives de la Filière Bétail et Viande de Côte d’Ivoire, Chargé des contentieux et des parcs. Dans cette interview réalisée dans la commune de Port-Bouêt en Côte d’Ivoire, Seydou Toé invite à une immersion dans l’univers de l’élevage et de vente de bétail qui est le sien.

Burkina24 (B24) : Racontez-nous vos premiers pas dans le secteur du bétail et de la commercialisation de bétail.

Toé Seydou (T.S.) : Mes premiers pas dans la filière bétail-viande remontent au début des années 80, à l’âge de 10 ans. Déjà suffisamment éveillé et dégourdi, et après un cursus scolaire imprégné par l’enseignement franco-arabe sous la houlette de mon père qui en était lui-même d’ailleurs un enseignant coranique, j’arrive à Port-Bouêt, commune du district d’Abidjan.

Pour ceux qui connaissent bien la commune de Port-Bouêt, l’évocation de son nom ramène à l’Aéroport International Félix-Houphouêt BOIGNY, le 43ème Bima, mais aussi et surtout à l’abattoir.

Donc m’étant retrouvé dans ce milieu, je m’y suis fondu.

B24 : Parlez-nous alors de ce parcours qui fait de vous une pièce essentielle au sein de cette filière bétail et viande en Côte d’Ivoire…

A.T. : Je me lance dans cette filière à partir du bas de l’échelle, il faut entendre par-là, en tant que vendeur de cordes devant servir à tenir en laisse les bêtes, puis vendeur de moutons. Cette étape, je la considère aujourd’hui comme le meilleur des apprentissages que j’ai pu recevoir dans ce domaine car il m’a permis de connaître tous les contours de cette activité.

J’ai longtemps été fournisseur de viande pour l’ex-Air Afrique où je livrais chaque quinzaine. Un bon marché, une belle expérience que j’ai menée jusqu’à la faillite.

Je commence modestement à importer du bétail des pays limitrophes de la Côte d’Ivoire à savoir le Mali et le Burkina Faso, mon pays d’origine.

Au fil des expériences, je suis aujourd’hui importateurs de bétail.

B24 : Vous êtes également de la coopérative des commerçants de bétail et courtiers de la région des lagunes, c’est-à-dire, Abidjan et sa périphérie…

A.T. : Cette organisation, avant de devenir une coopérative, était d’abord une association : l’Association des commerçants de bétail de la région des lagunes. Elle fut créée en 2009. Elle devient par la suite la coopérative des commerçants de bétail et courtiers de la région des lagunes après que l’État ivoirien sur la base d’une nouvelle loi ait demandé la mutation de statut des associations professionnelles en Coopérative.

Notre coopérative dont l’un des buts est la promotion de l’élevage et la commercialisation du bétail est composée de 218 membres, des Burkinabè, des Maliens, des Nigériens et bien entendu des Ivoiriens bien qu’estimés à 20 % des opérateurs dans la filière contre 80 % des ressortissants de la CEDEAO.

Toujours au titre des buts de notre coopérative, nous visons à faciliter les transactions et les échanges entre les pays de l’Hinterland, à savoir, le Mali, le Niger et le Burkina Faso, et la Côte d’Ivoire. Nous nous sommes, en outre, assignés le but d’apporter une assistance juridique et encadrement à nos sociétaires car notre secteur est très sensible et nos membres sont souvent confrontés à des contentieux de divers ordres.

B24 : Quelles sont les régions de ravitaillement pour ce qui est du Burkina Faso ?

T.S. : Au Burkina Faso, nous nous ravitaillons depuis le Nord-Ouest à savoir Ouahigouya, Dori, Fada N’Gourma et Pouytenga pour ne citer que ces localités-là.

Par le passé, nous utilisions la voie ferroviaire pour l’acheminement des bêtes en Côte d’Ivoire mais depuis plusieurs années, nous avons opté définitivement pour les gros camions du fait de leurs capacités plus grandes.

B24 : Quelles sont les difficultés que vous rencontrez au quotidien, en tant qu’opérateur dans la filière bétail et viande ?

T.S. : Au niveau de Port-Bouêt principalement, je dirais que nous sommes sans le moindre souci. Ce site qui vous accueille, appelé « le parc des petits ruminants » a été acquis et aménagé par l’opérateur économique ivoirien, Issiaka Ouédraogo. La sécurité et les commodités pour l’exercice de notre activité y sont réunies et nous en sommes pleinement satisfaits.

Concernant la fluidité routière, nous notons une grande amélioration qui également nous réjouit et nous inspire beaucoup de quiétude.

Toutefois, notre préoccupation reste et demeure l’appréciation faite de notre filière par les banques et qui, en conséquence, refusent de nous accompagner par l’octroi de prêts.

Les gens ont tendance à croire que le secteur du bétail n’est pas organisé. Ce qui n’est pas du tout correct. Dire cela c’est montrer qu’on ne connaît pas notre secteur qui je le dis est très bien organisé. Nous avons des structures qui nous encadrent et par-dessus, tout une faîtière, une confédération. Les banques nous demandent des garanties et se disent que les risques sont énormes pour elles d’autant plus que notre bétail n’est pas assuré.

Nous faisons des chiffres d’affaires de plusieurs milliards de F CFA l’année et je pense que c’est un indice important quant à la rentabilité de ce secteur. Aux autorités je demanderais la création d’un fonds de garantie pour notre filière afin de mettre davantage en confiance les banques que nous sollicitons.

B24 : Votre mot de fin à l’endroit des jeunes, question de les encourager à s’intéresser à cette activité de l’élevage et de la commercialisation de bétail.

T.S. : À ces jeunes-là, je dirais qu’ils font les éloges de plusieurs familles bourgeoises, en Côte d’Ivoire, particulièrement, je ne citerai pas de noms. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que l’élevage tient une place importante dans ces familles même si elles sont plus reconnues dans d’autres secteurs d’activités.

L’élevage est donc porteur car il peut arriver que l’on se prive de s’acheter une chaussure, un pantalon, une chemise par exemple, mais il est impossible se priver de nourriture et la place de la viande dans l’alimentation des hommes reste incontournable.

L’élevage en plus d’être un secteur porteur; est un secteur d’avenir.

La première des qualités requises est l’endurance. L’endurance en ce sens que nous nous rendons dans les confins du Burkina Faso, du Mali et du Niger, sous des températures à la limite du supportable et dans des conditions pas toujours favorables.

Nous avons initié des jeunes gens qui au cours de leurs voyages pour l’achat de bêtes, dorment dans des hôtels, à la recherche du confort dans lequel ils vivent dans leur pays. À cette allure, ils ne peuvent pas faire long feu car ce sont des coûts supplémentaires qui, à la longue, plombent la rentabilité de leur business. En définitive, il faut aimer cette activité.

Sur la question de la rentabilité du secteur, je prends un exemple : le chargement de mouton est d’en moyenne 200 têtes. Après la soustraction de toutes les charges, il est possible de se faire une marge bénéficiaire d’au minimum, 5.000 F CFA par animal. Vous vous en tirez avec au moins 1 million de F CFA par opération, sachant que vous pouvez en faire jusqu’à 2 ou 3 le mois.

Interview réalisée par Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre