Victimes du 2 mars : Bobo compatit

C’est après avoir entonné l’hymne national devant le gouvernorat de la région des Hauts-Bassins  que  les marcheurs venus de la bourse du travail ont livré leur message d’indignation contre le terrorisme et exprimé leur soutien aux familles des victimes, ce 07 mars 2018. La fin de cette marche de compassion a été marquée par un dépôt de gerbe de fleurs au rond point de la nation de Bobo-Dioulasso.

En mémoire des 8 soldats tombés sur le champ d’honneur le vendredi 02 mars 2018 à Ouagadougou, le collectif d’OSC La lumière citoyenne en collaboration avec la Coalition des jeunes leaders de Bobo-Dioulasso, le MOJUP, le Mouvement le bon citoyen et la Coordination des élèves et étudiants ont exprimé leur compassion aux familles des victimes et apporté leurs encouragements aux FDS. « Nous condamnons fermement avec la dernière énergie, ces barbaries  causées par des bandits armés appelés terroristes qui ont endeuillé notre nation », s’insurge Daouda Ouattara, président de la Lumière citoyenne.

Des cellules de veille sur l’étendue du territoire

« Au regard des nombreux dégâts provoqués par les terroristes, la Lumière citoyenne prend l’engagement d’installer des cellules de veille sur tout le territoire burkinabè», affirme son président qui trouve en cette occasion, « le lieu de plaider d’une part auprès des bailleurs du projet G5 Sahel pour le déblocage des fonds nécessaires à son opérationnalisation et d’autre part, inviter  le gouvernement à œuvrer pour l’amélioration des conditions de travail des FDS ». En attendant, le président du comité d’organisation de la marche Oumar Traoré s’est dit satisfait de la forte mobilisation des Bobolais pour dire « NON au terrorisme ».

Au nom des autorités présentes, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins Antoine Atiou a lui aussi présenté ses condoléances aux familles éplorées et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Il a surtout invité les populations à la veille  citoyenne car « pour une lutte accrue contre ces barbares, chaque citoyen doit s’ériger en agent de renseignement ».

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page