PNSR 2 : La contribution du SPONG

Œuvrer à une meilleure intégration des acteurs non étatiques dans la mise en œuvre du Programme National du Secteur Rural (PNSR),  c’est le but que poursuit l’ONG SPONG en procédant au lancement officiel du Projet Trust Africa dans la matinée du 09 Mars 2018. Ce projet devrait renforcer l’implication des Organisations de la Société Civile dans la mise en œuvre du PNSR 2 et du Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture (PDDA).

Le Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales (SPONG), la Fédération Nationale des Organisations Paysannes (FENOP), la Confédération Paysanne du Faso (CPF), l’Interprofession Lait du Burkina Faso (IPROLAIT/BF), l’ONG Autre Terre, le Centre National pour l’Agriculture Biologique (CNAbio), ce sont les différentes parties prenantes impliquées dans le processus de formulation du  PNSR II.

Pour le coordonnateur du SPONG, Sylvestre Tiemtoré, c’est «  tirant leçon du premier pas du PNSR1, que notre gouvernement à travers le Secrétariat Permanent de Coordination des Politiques Agricoles a entamé un nouveau cycle du Programme National du Secteur Rural qui couvre la période 2016-2020 ».

Pour Sylvestre Tiemtoré, il est important que l’Etat soutienne les OSC et organisations paysannes. A ses dires, d’un coût global de 120.000 dollars américains, pour une durée de un an pour le  suivi dans le secteur rural des 13 régions du Burkina, ce projet vise à assurer « une veille citoyenne afin de changer le visage de nos pays ».

Il explique : « si nous prenons le cas du Bénin, dans ce genre de programme officiel, il est toujours prévu une part de moyens alloués aux acteurs non étatiques pour le contrôle citoyen. Je pense que le Burkina peut faire un effort dans ce sens. Nous avons certes l’argent pour faire le travail sur un an mais qu’adviendra-t-il donc des autres années ? ».

Pour Pierre Ouédraogo, chargé des programmes et de la mobilisation de ressources au secrétariat permanent, ce projet s’articule autour des axes  suivi et évaluation et implication des acteurs non étatiques à la mise en œuvre du programme de secteur d’eau. « Nous avons remarqué que lors de la mise en œuvre du PNSR1,  les acteurs non étatiques n’étaient pas pris en compte dans sa mise en œuvre », dit-il.

Sur le terrain, les activités qui seront mises en marche concerneront, entre autres, le renforcement de capacités des acteurs non étatiques au niveau régional,  le renforcement de la mise en œuvre du Programme National du Secteur Rural et la formation des populations des régions rurales.  

Outre la correction des insuffisances du PNSR1, ce projet vise à renforcer l’implication des OSC dans la formulation, la mise en  œuvre et le suivi évaluation du PNSR2  et du programme Détaillé de Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA).

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Salut pour vos efforts en faveur du monde rural. Mon association (U.FRA.DE.P) voudrait faire partie de vos structures. Qu’est.-ce que je fais? Merci de me contacter etiennekyendre2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page