Ligue des jeunes du Burkina : «  Il faut que le président se réveille ! »

1002 0

La Ligue des jeunes du Burkina a rencontré la presse ce lundi 19 mars 2018 à Bobo-Dioulasso. Avec pour objectif d’attirer l’attention du président Roch Marc Christian Kaboré sur la nécessité pour lui d’agir avec plus de fermeté. Ils ont aussi proposé la mise en place de Comités de vigilance citoyenne pour renforcer le service de renseignement des Forces de défense et de sécurité.

« A l’instar des patriotes et des insurgés, la Ligue des jeunes du Burkina a été sidérée et profondément choquée par l’actualité de ces dernières semaines marquée par le rendez-vous manqué du procès du putsch manqué et des attaques terroristes du 2 mars 2018 à Ouagadougou  ». C’est en ces termes que le secrétaire général de la ligue Rolland Ouedraogo a entamé sa déclaration liminaire.

D’où «  le lieu  d’interpeller l’ensemble des Burkinabè et particulièrement le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré à plus de vigilance, de collaboration et d’abnégation afin que notre patrie ne sombre point. La ligue des jeunes voudrait que le président du Faso agisse avec plus de fermeté au risque de se faire désavouer et donner raison à ses détracteurs ».

Rolland Ouédraogo est convaincu que « les gens de l’ancien régime tirent les ficelles d’une déstabilisation du Burkina Faso ». En tout état de cause, disent-ils,  « nous condamnons tous les actes en sourdine » dont l’objectif est de leur faire regretter l’insurrection populaire.

C’est pourquoi invitation a été faite au président du Faso  à « s’impliquer davantage dans les procédures d’extradition des personnes visées par les mandats d’arrêt internationaux ». A en croire les conférenciers, « l’extradition de ces gens sera une alternative pour stopper les barbaries de ces terroristes sans foi ni loi».

Le président national de la ligue Eloi Sawadogo s’est exprimé sur la question de la réconciliation nationale. « Ceux qui veulent la réconciliation n’ont qu’à prendre attache avec les familles des victimes, nous n’allons pas enjamber des cadavres pour aller à une réconciliation », dit-il.

 Les conférenciers ont  réitéré leur proposition de mise en place de Comités de vigilance citoyenne (CVC). Sachant que la population de l’ouest s’est déjà montrée hostile à l’implantation d’un certain groupe d’autodéfense dans cette partie du Burkina, le SG de la ligue rassure que «contrairement aux Koglwéogo qui procèdent par la répression de leurs victimes à travers les tortures, les CVC s’en tiendront à la dénonciation des comportements suspects aux FDS ».

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Merci à Burkina 24 et particulièrement à Aminata SANOU pour la clarté du reportage.
    Quant à la Ligue, bon courage!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *