Financement libyen de la campagne de 2007 : Nicolas Sarkozy en garde à vue

L’ancien président Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce mardi 20 mars 2018 dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007. Depuis l’ouverture de l’information judiciaire en avril 2013, c’est la toute première fois que Nicolas Sarkozy a été entendu. 

Après son audition par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre, près de Paris, l’ancien président a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire française. L’affaire qui l’accable est relative au probable financement par la Libye de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007.

La garde à vue de Nicolas Sarkozy peut durer quarante-huit heures et il risque d’être présenté aux magistrats afin d’être mis en examen.

Depuis la publication, en mai 2012, par le site Mediapart d’un document libyen faisant état d’un financement par la Libye de Kadhafi de la campagne de Nicolas Sarkozy, les investigations des magistrats ont considérablement avancé, renforçant les soupçons qui pèsent sur la campagne de l’ancien chef de l’Etat.

L’intermédiaire de cette transaction, Ziad Takieddine a indiqué en novembre 2016, avoir transporté 5 millions d’euros en liquide de Tripoli, Libye, à Paris, France, entre fin 2006 et début 2007 pour les remettre finalement à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur français. Cette révélation venait de confirmer ceux tenus le 20 septembre 2012 par Abdallah Senoussi, l’ancien directeur du renseignement militaire du régime libyen devant le procureur général du Conseil national de transition libyen.

La justice française s’est également penchée sur le contenu des carnets de l’ancien ministre libyen du pétrole Choukri Ghanem, décédé en 2012 dans des circonstances non élucidées. Ce carnet mentionne, entre autres, l’existence de versements d’argent à destination de Nicolas Sarkozy.

En attendant l’issue de cette rocambolesque affaire, Nicolas Sarkozy a toujours nié ces accusations sur le financement illicite de sa campagne de 2007.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                    Burkina24

Source: Le Monde



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page