Université Norbert Zongo : Premières journées de la coopération interuniversitaire

1126 0

L’université Norbert Zongo a organisé les premières journées de la coopération interuniversitaire, sous le thème : « régularisation et défis de la coopération universitaire internationale », les 19 et 20 mars 2018.   La cérémonie d’ouverture a connu la présence du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation Alkassoum Maiga, de l’ambassadeur de la France au Burkina Faso Xavier Lapeyre de Cabanes, ainsi que d’autres personnalités.

Selon le président de l’université Norbert Zongo Nicolas Barro, «  le concubinage institutionnel n’a que trop duré. Il nous faut officialiser nos relations. Cet acte que nous nous engageons à matérialiser va au-delà d’une lune de miel entre les institutions. Il nous interpelle à l’union des forces pour relever les nombreux défis qui s’imposent à l’enseignement supérieur, à la recherche scientifique et au développement socio-économique de nos nations ».

Pour lui, il leur faut anticiper sur les problèmes en adoptant des solutions durables. La plupart du temps poursuit-il, c’est lorsqu’ils font face à des difficultés qu’ils frappent aux différentes portes pour un soutien ponctuel. Cela n’est pas digne d’un environnement scientifique constitué d’acteurs capables de prévoir les phénomènes les plus lointains ajoute-t-il.

Nicolas Barro pense qu’il leur faut disposer de cadre réglementaire pour faciliter toutes les actions dans le monde de la recherche car « l’union fait la force ». Pour le ministre Alkassoum Maiga, ces journées ont pour objectifs de faire une analyse diagnostic de la coopération universitaire, d’identifier les leviers d’une coopération pourvoyeuse de solutions au développement des universités et centres de recherche scientifique, de formaliser les relations déjà existantes entre les acteurs à travers la signature de conventions, de nouer de nouvelles relations formelles et de servir d’espace de communication et de visibilités pour les différents acteurs.

D’après le ministre, les universités ont besoin de s’insérer dans les réseaux de coopération pour trouver les bases essentielles de leur développement. Elles ont besoin de l’émergence d’une diplomatie de savoir en leur sein, capable de capter les immenses ressources humaines, logistiques et financières de l’industrie complexe et fortement concurrentiel du savoir au niveau mondial.

La gestion de relations de coopération et de collaboration est donc un enjeu majeur pour elles, qui ont pris désormais la mesure des effets négatifs d’une coopération universitaire quasi informelle et peu performante, incapable de constituer une source de solutions aux nombreux défis de l’enseignement supérieur et de la recherche. Huit accords-cadres ont été signés entre l’université Norbert Zongo, quatre universités privées, une du Bénin, le CNRST, l’ensemble des universités publiques et ONATEL. La communication inaugurale a été donnée par l’ambassadeur Xavier Lapeyre de Cabanes sur la politique française de la coopération universitaire.

Michel YAMEOGO

Pour Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *