COP23 : Fenêtre sur le bilan

355 0

Animé d’un esprit de redevabilité envers la jeunesse, la coordination nationale des jeunes sur l’environnement et le climat (CONAJEC) a organisé un atelier de restitution des acquis de la COP23, Bonn 2017 à l’endroit de cette jeunesse ce jeudi 22 mars 2018 à Ouagadougou.

La CONAJEC, structure de jeunes engagée sur les questions liées à l’environnement et au changement climatique, a vu la participation de quelques membres à la COP23, Bonn 2017.  Ces membres de retour en terre natale ont tenu à organiser un atelier de restitution de la COP23. Le bilan  sera donc communiqué à l’ensemble des membres de la CONAJEC et de ses partenaires.

Pour le coordonnateur général de la CONAJEC Aboubacar Lougué,  la raison de la tenue de cet atelier vient du fait que  « la restitution est la matérialisation de notre devoir de recevabilité envers cette jeunesse qui nous a mandatés pour qu’on puisse participer à la COP 23 ». 

Les participants à l’atelier

Les deux représentants des ministres de l’environnement et de l’énergie ont tous deux manifesté de la satisfaction à  l’endroit des membres de la CONAJEC qui sont guidés par l’esprit de redevabilité envers la jeunesse. « En vous engageant à faire la restitution de la COP 23, vous démontrez à travers cette initiative votre esprit de redevabilité qui est une valeur cardinale dans la bonne gouvernance de nos jours »,  a indiqué Idrissa Komditamdé, directeur de cabinet du ministère de l’Energie.

 Des acquis ont été engrangés à cette COP23. « Il s’agit du renforcement de notre implication au niveau national et sous régional, (…). Cette participation a permis de ficeler un certain nombre de partenariats concrets(…) », a affirmé Aboubacar Lougué.

Le coordonnateur général a laissé entendre que son organisation compte mener une série d’activités cette année. « (…) La préservation d’un certain nombre de forets classées à travers des actions qui permettent de créer de l’emploi, donc un des mécanismes que nous avons choisis, c’est à travers l’apiculture pour préserver certaines forêts classées. Il y a un autre projet innovateur. Transformer les zones de dépotoirs en zones vertes en les déchargeant de ces ordures, et les reverdir », a-t-il annoncé.

Irmine KINDA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre