Sauvegarde de la culture : Comment les communautés étrangères s’y prennent

732 0

Le village des communautés est l’un des espaces conviviaux, de rencontres et d’échanges des différentes ethnies et communautés étrangères qui vivent au Burkina Faso.  Ce village dressé au secteur 22 à l’espace Tougouait de Bobo-Dioulasso, à chaque occasion de la Semaine Nationale de la Culture (SNC),  est le lieu pour ces communautés de présenter leur savoir-faire, leurs us et coutumes. 

Aucune autre communauté ne ressemble à l’autre. Accoutrement,  présentation de stands, mets, c’est l’occasion de sortir ce que l’on a de particulier dans sa culture.

Elissa Omididji est un Nigérian vivant depuis 30 ans au Burkina. Dans son stand, de l’enfant aux hommes en passant par la femme, tous sont habillés avec des parures Yoruba.

La langue maternelle est la première chose à inculquer aux enfants, selon lui. Certains évènements sont l’occasion parfaite pour leur montrer qu’on a une belle culture.

Sa leçon fondamentale pour ses enfants: «Je dis à mes enfants, le yoruba partout où il va, il doit s’agenouiller pour saluer une personne âgée».

« La sauvegarde de la culture togolaise ici se fait à travers la pratique culturelle comme la danse, la musique, les mets, qu’on apprend à nos enfants qui sont chargés de les perpétuer», indique, pour sa part, Adolphe Gonou, secrétaire général de la communauté togolaise à Bobo-Dioulasso.

Justin M’Dalla, Congolais, explique que «c’est ce que nous avons reçu à l’école au Congo, parce qu’on étudie beaucoup le Congo, que nous transmettons aux enfants. Les enfants sont beaucoup plus Burkinabè mais tant mieux parce que le Burkina Faso a su garder ses valeurs. Mais quand les enfants nous demandent certaines choses au pays, nous leur donnons des explications».

Pour Haidara Saran Sissoko, présidente du conseil des Guinéens au Burkina, ses compatriotes vivent en parfaite harmonie et dans une intégration totale avec les autres communautés du Burkina. Et la SNC est un cadre idéal pour montrer leur culture mais également des voyages dans leurs pays d’origine.

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *