Soutenance à l’ISTIC : Le SIG face aux défis de la communication publique

1354 0

Au titre de l’année académique 2017-2018 à l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC), Souleymane Gansaoré a présenté son mémoire pour l’obtention du diplôme de conseiller en sciences et techniques de l’information de la communication en option journalisme. Il a soutenu sur le thème : « Le service d’information du gouvernement  (SIG) face aux défis de la communication publique en 2016-2017 ».

Le Service d’information du gouvernement (SIG) a pour mission la gestion de la communication gouvernementale et la diffusion de l’information publique. A ce titre, il est chargé entre autres, de la publication des décisions gouvernementales, de la vulgarisation des politiques nationales, de la coordination des actions de communication des directions de la communication et de la presse de l’ensemble des ministères.

Souleymane Gansaoré, étudiant à l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC), après trois ans passés au SIG, a présenté son mémoire sur le thème « le service d’information du gouvernement  (SIG) face aux défis de la communication publique en 2016-2017 ».

Cette étude a fait ressortir la problématique de l’adaptation de la communication du SIG dans un contexte post-insurrectionnel. Selon lui, la communication gouvernementale ne peut plus faire l’objet de propagande car les TIC ont révolutionné l’information.

Souleymane Gansaoré, en attendant sa note de la soutenance 

A l’écouter, le SIG présente un besoin en ressources humaines, en matériels et en finances pour être à la hauteur des attentes de la population en matière de communication publique.

La problématique soulevée des actions de communications du SIG en 2016-2017

Souleymane Gansaoré a fait savoir que les actions de communication n’ont pas été à la hauteur des attentes de la population en matière de communication publique. Il a expliqué cela par le manque de moyen.

Par ailleurs, il a fait savoir que le SIG est constitué de 90% de journalistes et de techniciens et la plupart venus de l’ISTIC et pas de personnes avisées en matière de communication.

Les recommandations de l’étude

Souleymane Gansaoré a suggéré que le SIG soit rattaché à la Primature. Egalement, doter le SIG de moyens conséquents et donner une autonomie de gestion. Il a pris l’exemple du budget du SIG qui est géré par le DAF du ministère de la communication. Dans un monde de mutation technologique, le SIG doit s’adapter. Pour lui, il faut rendre opérationnel le centre d’appel, former les journalistes, les communicateurs.

Il a également souhaité que  le SIG soit plus proche au niveau des régions en traduisant les informations en langues locales. Souleymane Gansaoré a préconisé que le SIG soit un grossiste de l’information gouvernementale. Comme une agence qui collecte toutes les informations du gouvernement afin de les mettre à la disposition des organes de presse.

L’impétrant du jour a obtenu avec une note de 16,5/20. Cette soutenance a été placée  sous la vigilance du président du jury Germain Nama, du directeur de mémoire, Victorien Sawadogo, du suffragant Félix Kambiré.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *