Tribune – “Le Burkina Faso est suffisamment fort pour éviter un conflit religieux”

814 4

Le Burkina a été traversé cette semaine par un débat sur la création d’un groupe de sécurité à caractère islamique. Dans cette tribune publiée sur son profil Facebook, l’imam Alidou Ilboudo donne son avis sur le sujet. Une contribution que Burkina24 partage pour vous. 

Le principe de Miss Marple, la héroïne de Agatha Christie est de dire “que la nature humaine est partout la même”. Alors, ayant étudié les comportements des quelques habitants de son village, eĺle fait des transpositions sur toute affaire qu’on lui expose et arrive à démêler les crimes les plus complexes.

Ainsi donc, la nature humaine est partout la même: ce qui est arrivé ailleurs, comme par exemple, en Centrafrique, au Nigeria, où des personnes de religions différentes s’affrontent, peut arriver ici, dans notre Burkina Faso. Je n’ai pas dit que les causes seront religieuses, mais nous ne sommes pas plus intelligents que les Centrafricains ou Nigérians; et eux non plus ne sont pas plus bêtes que nous. Nous sommes de simples humains, capables d’actes sublimes mais aussi perméables au mal. Comme eux, la nature humaine étant la même partout. Nous sommes malléables à souhait, exploitables à volonté par des individus aux desseins inavoués et inavouables.

Dans le cadre de mon séjour aux Etats-Unis pour le programme “Dialogue, diversité et multiculturalisme”, j’ai soutenu dans toutes les rencontres que le Burkina Faso est suffisamment fort pour éviter un conflit religieux. J’y crois toujours, comme fer. De petites bisbilles peuvent apparaître, mais on se comprendra.

J’avoue que la situation ces deux semaines est assez trouble, mais, je crois qu’il n’y a pas matière à s’inquiéter outre mesure.

J’avoue qu’il y a partout et en tout temps des écervelés qui en font à leur tête, mais il s’en trouvera de lucides pour les remettre à leur place.

“Le dialogue intrareligieux manque chez nous musulmans”

Pour ce qui est de la communauté islamique, mon combat est toujours clair: la religion doit toujours être dans le sens d’ajouter de la bonté à la vie, et non de dominer. La foi doit améliorer mon comportement avec autrui et non l’aliéner.

J’ai été militant depuis mes 13 ans, et depuis ce temps au lycée comme dans la vie active, je n’ai pas eu de problèmes avec mes interlocuteurs. À l’école primaire, mes meilleurs amis étaient le fils du pasteur et du cathéchiste: Dieudonné et Samuel. Aujourd’hui, Samuel est décédé, (RIP), mais Dieudonné vit. George Rouamba peut témoigner. À L’ENEP, c’était Augustin (JEC) et Joël ( GB).

J’ai trouvé en ces dialogues que nous disons la même chose  et que tout est fait pour qu’on se comprenne. Je ne parle pas de la tradition car mon père était le grand frère du chef et actuellement c’est un cousin, musulman qui est sur “le trône”. Il a même remplacé la fête annuelle par “le douaga” du chef de Tanlarghin. À la prochaine, SaRomance Emile Lalsaga et moi, allons vous y inviter.

Malheureusement, malheureusement, sur ces questions de vivre ensemble, on en discute beaucoup plus à l’extérieur qu’à l’intérieur. Le dialogue intrareligieux manque chez nous musulmans.

1-Avant de construire des ponts, consolidons les rives. Il faut qu’on se parle souvent à l’interne pour élever le niveau de compréhension de tous.

2- Il n y a pas de vérité en religion, mais des vérités. Et ce, jusqu’à la fin des temps.

3-J’ai dit cette phrase et je la répète: le musulman doit respecter la volonté de Dieu qui a fait les gens de foi différente.

4- La séparation religieuse ailleurs que certains envient, est une incapacité de vivre ensemble, pas une réussite.

5- Eloignons les religions du pouvoir: que celui qui veut être conseiller, député, président, qu’il rejoigne un parti politique, pas “une chapelle”.

6- Où se trouve le modèle de gestion religieuse de l’Etat que certains envient ? « Les dictatures à ciel ouvert? ». Non. Merci.

Je confesse ici que je n’ai cité ni le coran ni un hadith. « J’ai suivi ma passion ». Ce n’est plus la peine de me le dire.

Bonne journée et vive le Burkina que nous ont légué nos pères!

Imam Alidou Ilboudo



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Ouedraogo Abdoul Wahid |

    C’est plutôt sa foi qui le domine et qui fait de lui ce qu’il est.
    Ce n’est pas parce qu’il est moins dans sa foi qu’il tient ce discours: au contraire c’est totalement là, l’expression de la foi islamiquement vécue.

  2. DOULKOM Guillaume |

    Imam, bonjour. Vos propos acquièrent tous mes respects et admirations. Vous avez parlé vrai. Je vois parfaitement la cohabitation entre enfants de Dieu comme vous le dites. Sommes nous tous (réligions monotéistes confondues) des déscendants d’HABRAHAM l’ami fidèle de DIEU? Nous avons en commun (musulman comme chrétien) le même grand père. Ismael et Isac se sont aimés en fils d’un même père. Je suis chrétien Catholique et remercie continuellement Dieu qui m’a donné cette facilité de pouvoir m’approcher de mes frères musulmans. je prie la plus part des ramadan et Tabaski avec les musulmans dans mon quartier à Tanghin. Mon meilleur ami est un musulman vrai (NLDR Mouni Konombo) avec qui je peux discuter de tous les sujets liés à sa foi musulman sans crainte. J’ai prié avec des amis à l’UO, au Tchad et à Djibouti qui sont toujours étonnés de mes approches. A tout dire, j’ai tiré ce modèle de cohabitation inter-réligieux du Pape Jean Paul et conforté par le Pape François l’actuel. Ils n’ont aucune frontière entre réligion. ils considèrent seulement l’homme comme fils à l’image de DIEU quelque soit son niveau de vulnérabilité. Cependant je voudrais partager avec vous Imam un soucis. Dans mon quartier, chretiens et musulmans communuaient plus fraternellement que maintenant. Je me rappelle que mon papa faisait égorger son mouton de Noel par un musulman àfin que tous les musulmans puissent partager le repas avc nous. Aujourd’hui moi j’achète la carcasse de volaille fraiche lors des fetes. Je n’ai donc pas pu perpetué l’approche de mon père. Mais ce que je veux dire est que depuis deux ans maintenant, malgré le fais que je parte prier et partager avec les musulmans à la Tabaski et au Ramadan dans le quartier, ils ne viennent plus chez moi ni chez lea autres chretiens lors de la Noel et la Paques comme s’était le cas il y a trois ans. Après renseignement, il semble qu’il y aurait eu un prêcheur à la mosquée, qui aurait interdit les visites des chretiens lors de fetes. Que c’est haram. Cela m’a beaucoup attristé. J’ai du faire la remarque aux jeunes musulmans de mon âge en leur disant mon désaccord avec leur attitude. C’est pourquoi après etre tombé sur votre publication, j’ai eu de l’émotion et j’ai voulu vous partager mon méssage afin que vous la portiez dans lieux de prière. Sensibilisez les frères musulmans qu’approchez quelqu’un d’une autre réligion est comme s’approcher de l’image de Dieu. Dites leur de partager les repas des chrétiens, de les fréquenter, de fraterniser et vous verrez que nous serons encore plus soudés. A N’djamena j’ai vecu en plein milieu du quartier musulman “marchendafa”. Le jour de la Noel ma cours était rempli de musulman et j’en tirais un bonheur indescriptible. Et je me suis rendu compte que c’est en ces moments que l’on se reconnait mutuellement vraiment chrétien et vraiment musulmans tous ensemble. mais comment arrêter ces mauvais prêcheurs qui sèment de la distance entre les croyants. voici mon temoignage que je vous adresse. heureux d’avoir lu vos pensées.

  3. Merci Imam ILBOUDO
    Voila un vrai musulman, qui a bâti sa foi autour de sa culture et de ses connaissances, et non l’inverse. Il ne faut jamais se laisser dominer par la passion d’une foi, mais plutôt dominer sa foi. Malheureusement, ils ne sont pas nombreux! Pour que le Burkina reste encore plus fort, il faut que certains de nos leaders religieux arrêtent les discours du genre; il n’y a de vérité que….. , c’est Dieu qui à dit que …., car ils sont encore nombreux qui ne savent pas que la vrai religion, c’est de distinguer le mal et le bien. Si le Paradis garanti au religieux à cause de ses actes, ou es son problème si l’enfer n’est réservé qu’au mécréant!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *