IFDC : Des habitants de Koubri apprennent que les pesticides sont nocifs

1540 0

La population de la ville de Koubri a été sensibilisée dans la journée du 28 mars 2018 sur les effets nocifs des pesticides dans le maraichage. A cet effet, un théâtre forum a été présenté sur la place du marché.

Le Centre international pour le développement des engrais (IFDC) a organisé ce 28 mars 2018 sur la place du marché de Koubri un théâtre forum. Cette sensibilisation s’inscrit dans le cadre d’une série d’activités initiée par l’IFDC sur les effets néfastes de la mauvaise utilisation des pesticides dans le Kadiogo.

 Le théâtre forum animé par la troupe de l’Atelier de théâtre burkinabè (ATB) aura rassemblé du monde. C’est un public essentiellement composé de jeunes et de femmes marchands de produits agricoles qui ont été sensibilisés sur les mauvais usages des pesticides en culture maraichère.

Le coordonnateur du Programme d’appui à la modernisation des exploitations familiales agricoles, Volet Intrants (PAMENA VI), Ouédraogo Abdoulaye a tenu à préciser que le programme a pour objectif principal « de rendre les intrants accessibles aux producteurs, en temps opportun et de renforcer les capacités des distributeurs d’intrants pour qu’ils puissent apporter des conseils aux producteurs ».

«Ils ne connaissent pas jusqu’à présent les côtés négatifs des pesticides »

Abdoulaye Ouédraogo explique que la ville de Koubri a été choisie pour cette sensibilisation parce qu’étant « une zone de production maraichère, de production de fruits mais également d’utilisation intense de pesticides ».

De l’avis de Sansan Paul Kambou, agent à la Direction de protection des végétaux et des sols, l’impact sur l’environnement est de plus en plus ressenti.  En effet, il explique qu’il «y a des animaux aquatiques tels que les poissons et les crapauds qui meurent. Il y a des insectes comme les abeilles qu’on ne retrouve plus. Il y a même les vautours qu’on ne retrouve plus ».

La situation environnementale « tend à être alarmante », selon ses dires.  Sansan Paul Kambou renchérit que les pesticides constituent une nouvelle découverte pour les agriculteurs qui n’en connaissent que les aspects bénéfiques.

«Ils ne connaissent pas jusqu’à présent les côtés négatifs des pesticides » et les utilisent de façon abusive. Il ajoute que certains agriculteurs « n’y croient même pas ».

Il est de ce fait important de  travailler à une éducation pour un changement de comportement au niveau de tous les utilisateurs de produits chimiques au Burkina.

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Cela doit être le cheval de bataille de tous au quotidien à commencer par l’État, sinon bientôt ça sera trop tard

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *