Pâques 2018 : La résurrection du Christ au cœur du mystère salvifique à Koudougou

1185 0

L’aumônerie scolaire des jeunes du diocèse de Koudougou a  célébré  la nuit pascale le samedi 31 mars 2018. C’est l’aumônier lui-même, l’abbé Mathias Ouédraogo qui a présidé la célébration eucharistique.

L’abbé Mathias Ouédraogo a dit dans sa prédication que le catéchisme de l’Eglise Catholique fait cette affirmation au sujet de la résurrection : « Si le Christ n’est pas ressuscité, alors notre prédication est vaine et vaine aussi notre foi (1Co 15, 14). La résurrection constitue avant tout la confirmation de tout ce que le Christ lui-même a fait et enseigné. Toutes les vérités, même les plus inaccessibles à l’esprit humain, trouvent leur justification». C’est l’événement le plus remarquable de la glorification du Christ.

L’abbé Mathias Ouédraogo poursuit a expliqué que le drame du calvaire qui semblait une catastrophe irrémédiable a été  par cet acte, le Christ obéit au plan salvifique de Dieu son Père et devient l’Agneau immolé pour sceller la Nouvelle Alliance de Dieu avec son peuple.

Le Christ a pris sur lui notre mort dans une confiance totale à son Père pour nous rendre la vie et la vie en plénitude. Ainsi, c’est par son sang versé qu’il sauve l’humanité toute entière, la résurrection est un événement qui appartient à l’histoire, mais transcende l’histoire, a-t-il conclu. L’aumônier a terminé sa prédication par le message des évêques, intitulé « Renouveau et Renaissance pour un Nouveau Départ ».

 L’abbé Mathias Ouédraogo  a fait une synthèse du message aux fidèles laïcs et les a invités à s’en approprier.   La messe du jour le dimanche 1er avril 2018 a été présidée par le père Jean Paul. D’après le père lui, Pâques est la plus grande fête de l’année chrétienne. Il n’y a point eu de semblable.

La naissance du Christ à Noël est incroyablement magnifique. Mais Noël est seulement « une mission commencée » alors que Pâques est « une mission accomplie ». Par conséquent, Pâques n’est pas simplement une fête parmi d’autres, mais la « fête des fêtes », « la Solennité des solennités », tout comme l’Eucharistie est le « sacrement des sacrements ». 

Deux  bébés ont été baptisés au cours de cette célébration. 

Michel YAMEOGO

Pour Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *