Burkina : La « passerelle » vers l’éducation pour tous

286 0

 Les ministres en charge de l’éducation du Mali et du Burkina ont procédé à la passation de charges de la Présidence du Conseil d’orientation du secrétariat permanent sous régional de la Stratégie de scolarisation accélérée/passerelle (SSA/P). Stanislas Ouaro succède ainsi à son homologue malien Housseini Amion Guindo.

Lors de l’ouverture de la sixième session du conseil d’orientation du secrétariat permanent sous régional de la SSA/P ce 10 avril 2018, le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, a pris ses fonctions de Président du conseil de l’orientation du secrétariat permanent sous régional de la SSA/P.

La SSA/P a été conçue et mise en œuvre par la Fondation  Stromme qui œuvre dans la prise en charge des enfants hors écoles à travers une stratégie de scolarisation accélérée couramment appelée la Passerelle. La SSA/P est implanté au Burkina Faso, au Niger et au Mali.

Pour Stanislas Ouaro, la SSA/P permet de toucher un fort taux d’enfants hors écoles notamment les non scolarisés, déscolarisés ou temporairement déscolarisés. Cette stratégie, explique-t-il, «permet de donner une formation d’une année à ces enfants, trois mois en langue nationale et 6 mois en français de façon à les réinsérer dans l’enseignement classique». 

De son avis, cette stratégie donne plus d’opportunités aux enfants vulnérables des pays concernés de vivre un regard croisé avec leurs camarades des systèmes éducatifs encore sélectifs.

Regard sur les conclusions

« Cette année de formation accélérée consiste à leur faire suivre le programme de CP1, CP2 et CE1 de façon à les réinsérer soit au CE1, soit au CE2 en fonction de leur niveau afin qu’ils puissent continuer », continue le ministre.

Toujours selon le ministre en charge de l’éducation, en 2014 on dénombrait, 2 600 000 enfants et adolescents âgés de 6 à 16 ans hors école. C’est pourquoi de son avis, il est important de se pencher sur la question.

« Je puis vous assurer que mon pays, le Burkina Faso, accordera une attention particulière aux conclusions des présentes assises au regard du nombre assez important d’enfants hors écoles », promet-il à ses homologues malien et nigérien.

C’est confiant des résultats déjà «  appréciables » de la SSA/P que le ministre affirme « accorder une attention particulière à toute initiative visant la prise en charge des enfants en âge scolaire, mais qui, pour des raisons diverses sont encore hors écoles ».

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre