Fonds communs : Ce révérend pasteur les voit autrement

805 7

Wendlarima Hermann Sawadogo est pétri d’expériences dans divers domaines socioéconomiques. Il est entre autres chercheur en phytothérapie et médecine naturelle. Il était face à la presse ce 14 avril 2018 pour parler plantes médicinales mais aussi fonds communs.

Wendlarima Hermann Sawadogo se veut promoteur des fonctions de masse. Chercheur en phytothérapie et en médecine naturelle, ce révérend pasteur évangéliste est également le Président de l’Association WendKouni pour le développement de l’Afrique. En tant qu’enseignant chercheur, il a produit une vingtaine de livres sur les recettes des plantes qui guérissent.

« C’est Dieu qui a le pouvoir de la guérison. Mais, Dieu peut aussi utiliser des hommes pour réaliser des missions sur la terre. C’est la parole de Dieu que nous utilisons pour soigner les gens. Notre pouvoir de guérison provient donc de Dieu. Parce que les plantes ont été créées pour l’homme et pour l’animal », foi de l’homme de Dieu.

« Tout malade désespéré qui vient chez nous, poursuit-il, s’il n’est pas guéri, c’est qu’il y a un problème ». Pasteur Sawadogo estime que ce qui est fondamental, c’est de ne jamais mettre l’esprit de l’argent avant les soins, car « incompatible ».

Fonds communs

« Particulièrement, je ne suis pas contre les fonds communs. Mais, j’ai une autre manière de voir ces fonds. Si on peut prendre 4 millions de FCFA et donner à un citoyen burkinabè, c’est bien. Mais donner chaque année, c’est être bête.

Je propose par exemple de prendre 10 fonctionnaires touchant chacun 4 millions comme fonds communs (Ndlr : 40 millions au total) pour mettre en place une entreprise dans un domaine quelconque (élevage, irrigation, agriculture, industrie, etc.). Et le bénéfice sera partagé entre ces 10 fonctionnaires. Dans ce cas, la fonction publique devient une activité complémentaire pour ces derniers qui n’auront plus de fonds communs.

Ceci afin que chaque fonctionnaire burkinabè bénéficie de tous ces avantages. Sinon la manière actuelle dont cela fonctionne rime avec gaspillage. On ne leur apprend pas à pêcher du poisson ».

Le chercheur en médecine naturelle forme aussi des jeunes au Burkina dans le domaine de l’entreprenariat. Il est convaincu que le « Pays des Hommes intègres » est une Nation bénie, riche, mais inexploitée ou mal exploitée.

« Nous avons tout (Ndlr : Soleil, or, coton, terre, bras valides, …) pour devenir la première puissance mondiale. Mais, nous sommes classés parmi les derniers pays au monde en matière de développement. Il faut que ça change », lance le chercheur.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 7 commentaires

  1. Il faut bien que les uns arrêtent d’abuser de l’ignorance et de la souffrance des autres. comment peut on dire que si un malade vient chez vous s’il n’est pas guerrit c’est parce qu’il ya un problème. c’est parce qu’il ya un problème qu’il vient te voir.

  2. Eux,ils valent mieux qu’ils sont financiers et toi pasteur tu fait quoi comme travail ,mais regarde comment tu vis.

  3. Merci pour cet article sur Pasteur. J,aimerais savoir l,universite oú Ce Pasteur est enseignant chercher. En plus je trouve c,est un peu plat comme proposition surtout pour quelq,un de son rang

  4. Moi personnellement, ai été déçu par les services de ce monsieur. Je me suis rendu à Tanghin où se trouve sa clinique pour une consultation mais pas satisfait. D’abord les produits prescrits pour la duré du traitement étaient tellement chers, on me dit d’aller chercher moi même d’autres produits provenant des arbres que je connais pas et ce qui m’a touché c’est quand on m’a dit de boire mes propres urines chaque jour. Là, ce n’est plus soigner par les plantes. Pour un traitement de trois jours,j’ai payé 12000f sans les frais de consultation alors que la duré du traitement allait jusqu’à 30jours. Boire ses propres urines ne relève plus de la phytothérapie puisque certains marabouts ou guérisseur conseillent aussi le traitement par les urines. Dès que je suis rentré chez moi j’ai jeté ces produits.

  5. Bsr Mr KINDO juste pour vous encourager pour la qualité de vos écrits. Par ailleurs, je vdrais solliciter les contacts du Rev. Pasteur chercheur Wendlarima Hermann SAWADOGO merci et encore bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre