Burkina : Débats autour de la migration irrégulière

732 0

Contribuer au renforcement de la gouvernance, à la protection, au retour et à la réintégration durable des migrants au Burkina Faso, c’est la thématique qui est abordée ce mercredi 18 avril 2018 à Ouagadougou lors d’un Forum organisé par la Jeune Chambre Internationale Ouaga Soleil.

C’est sous le thème « jeunesse et migration irrégulière, quelles solutions durables » que se tient la première édition du forum universitaire des jeunes sur la migration irrégulière. Pour son président exécutif, Soumaïla Ouédraogo, la Jeune Chambre Internationale (JCI) est une organisation qui se penche et mène des réflexions sur les questions d’objectifs mondiaux dans la perspective d’apporter sa touche à l’édification d’un monde meilleur.

Pierre Claver Hien, conseiller technique au ministère de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation, à propos de la migration irrégulière soutient qu’ « après avoir franchi le cap de phénomène, il est devenu un fléau, une gangrène à l’économie et au développement même de la majorité, sinon de tous les pays pauvres et ceux du tiers monde ».

Et au représentant de l’Union Européenne Thomas Huyghebaert de répondre que « la migration n’est pas juste un fléau». De son avis, « c’est quelque chose qui a existé tout le temps et qui a bénéficié à beaucoup de gens et beaucoup de pays à travers toute l’histoire de l’humanité ». « Il ne faut pas seulement voir la migration comme un problème mais aussi comme quelque chose qui peut contribuer », complète-t-il. Thomas Huyghebaert explique par ailleurs que la migration irrégulière où des trafiquants sont impliqués est à combattre.  

Toutefois, le parrain de la cérémonie, Aristide Béré, Directeur Général des libertés publiques et des affaires politiques ne semble pas du même avis. Il questionne : « faut-il vraiment partir ? Où ? L’eldorado, croyez-moi est bien ici au Faso ».

Le forum se tiendra sur toute la journée du 18 avril 2018 et les panels seront animés entre autres par l’Union Européenne, l’Organisation Internationale de la Migration et la Direction Générale de l’économie et de la Planification.

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *