Développement Communautaire : Programme FASO partage son expérience sur le scoreboard et les GASPA

1723 0

Il s’est tenu le vendredi 20 avril 2018 à Ouagadougou, un atelier de partage de l’expérience du programme FASO (Families Achieving Sustainable Outcomes) dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités de santé-nutrition. Les travaux ont porté sur la restitution de l’étude sur l’efficacité et les conditions de pérennisation des « scoreboards » comme outil de monitorage communautaire et sur le bilan de  la restructuration des « Care Groups » en GASPA ou Groupe d’Apprentissage et de Suivi des Pratiques d’ANJE (Allaitement du Nourrisson et du Jeune Enfant). Organisé par le Catholic Relief Service (CRS), l’atelier a réuni des structures centrales et décentralisées du Ministère de la Santé ainsi que des projets intervenants dans le domaine de la santé communautaire.

Le Community Giant Scoreboard (CGS) ou « mur de la santé » est un outil de monitorage communautaire utilisé pour la première fois au Burkina Faso par CRS. Impliquant fortement les communautés à la base dans le suivi de l’évolution des indicateurs de santé, cet outil promeut le changement de comportement et donc,  l’adoption de bonnes pratiques. Son utilisation depuis 2014 par CRS et ses partenaires de mise en œuvre du programme FASO que sont OCADES Kaya et l’Association Tin Tua, a produit des résultats somme toute satisfaisants dans le domaine de la santé maternelle et infantile.

Pour le consultant, le scoreboard est un outil efficace de monitorage communautaire et mérite d’être mis à l’échelle

Pour davantage s’en convaincre, CRS a commandité une étude sur l’efficacité du scoreboard dans l’optique de promouvoir sa réplication. Ceci, si les conclusions de l’étude permettent « d’identifier des facteurs d’efficacité, des mesures d’appropriation effectives par les acteurs du système de santé ainsi que des dispositions de pérennisation et enfin, des possibilités d’extension à d’autres secteurs de développement. » a dit le responsable du Programme FASO, Mourad AIDI qui a présidé la rencontre.

Le scoreboard, un outil efficace en matière de monitorage communautaire

D’entrée, le consultant qui a conduit l’étude,  M. Romeo OUILI a présenté le scoreboard comme  outil innovant de monitorage des indicateurs de santé au niveau communautaire. Ses investigations ont révélé entre autres, une bonne implication des communautés dans la mise en place et le fonctionnement des scoreboards, une bonne implication et une maitrise de l’outil par les agents de santé, une amélioration de la santé des communautés en lien avec les thématiques traitées sur les scoreboards.

Les participants suivant la restitution de l’étude sur l’efficacité des ScoreBoards

En clair, l’influence positive des scoreboards sur l’adoption de bonnes pratiques dans les villages à scoreboard a été notée par rapport aux villages appariés sans scoreboards. Au regard de ces évidences, le consultant est on ne peut plus convaincu : « les résultats auxquels nous sommes parvenus sont vraiment très probants. Ce n’est pas une stratégie dont la mise en œuvre nécessite une expertise extérieure. Techniquement il n’est pas difficile à réaliser. Ce sont les populations qui les ont construits et ont décidé des indicateurs à suivre qui pour l’instant sont la malnutrition, les consultations prénatales, l’allaitement maternel exclusif et les accouchements assistés. Aussi, les mises à jour et le fonctionnement ne sont pas lourds ni compliqués. Bref, c’est un outil de fierté dont les villages qui n’en disposent pas souhaitent qu’on y réplique. Mieux, cet outil qui est efficace peut être mis à l’échelle et même être utilisé dans d’autres secteurs tels que l’éducation, la gouvernance, les questions d’hygiène assainissement, etc.» a-t-il soutenu. Malgré ces acquis, des insuffisances ont été relevées et des recommandations ont été formulées pour un meilleur fonctionnement des scoreboards en vue d’une pérennisation et d’une « repliquabilité ».

Reconstitution des « Care groups » en GASPA, prendre une longueur d’avance

Le « Care group » ou groupe de soutien est une approche à base communautaire qui utilise un réseau de bénévoles en vue d’améliorer la couverture sanitaire et insuffler un changement de comportement dans les pratiques de santé et de nutrition. De 2010 à 2017, programme FASO avait mis en place un réseau de 4078 mères leaders dans les 252 villages administratifs et sanitaires des districts sanitaires de Gayéri et Tougouri.

Le présidium lors de la cérémonie d’ouverture

Cette approche permettait de toucher mensuellement plus de 40 000 femmes avec des messages de santé visant l’amélioration du statut nutritionnel de la mère et de l’enfant. Parallèlement, une politique nationale préconise depuis 2013, le passage à l’échelle de l’ANJE au Burkina FASO par le biais d’une approche similaire dénommée GASPA. Dans le souci de se conformer à la politique nationale et rétrocéder un pool de ressources humaines endogènes performantes au système de santé, FASO a procédé de janvier à mars 2018 à la restructuration de ses « care groups » en GASPA. L’atelier a donc été une tribune pour FASO de présenter les résultats de cette restructuration, pensée et mise en œuvre avec ses partenaires des services de santé.

Romeo OUILI, le consultant

Comme bilan l’on retient que l’intégralité des acteurs endogènes qui faisaient partie des « care groups » a été intégrée dans le dispositif GASPA. Ainsi, en plus des 272 GASPA mis en place depuis 2016 dans la commune de Thion (District sanitaire de Manni), ce sont 1318 GASPA qui ont été constitués à Gayéri et 1839 à Tougouri. Il convient de noter également qu’un grand nombre de ces GASPA est déjà fonctionnel et suivi par les acteurs du système de santé.

Vu que la politique nationale n’a pas encore pris son envole, cette vision avant-gardiste de CRS a été saluée par les responsables des Directions Régionales de Santé de l’Est et du Centre-Nord. La Direction de la Nutrition a quant à elle, réitéré ses félicitations à l’endroit des « care groups » pour le travail abattu qui a nettement fait chuter la prévalence de la malnutrition à des taux infimes dans les zones FASO.

Dans la perspective de la fin du programme FASO en  Septembre 2018, CRS travaille à transférer ses acquis dont les GASPA et ses 23 scoreboards au Ministère de la santé. Dans cette optique, un guide de mise en place du scoreboard est en cours d’élaboration. Toute chose qui permettrait aux acteurs du développement qui le souhaitent, d’avoir une ressource documentaire qui oriente sur tout le processus.

En rappel, CRS Burkina exécute en consortium avec l’OCADES Kaya et l’Association Tin Tua, un programme multi-annuel 2010-2018 dénommé « Families Achieving Sustainable Outcomes » ou Programme FASO. Financé par l’USAID, son but est de réduire de façon durable la vulnérabilité des ménages à l’insécurité alimentaire dans les districts sanitaires de Tougouri, Manni et Gayéri dans les Régions du Centre-Nord et l’Est du Burkina Faso.

Service de communication du Programme FASO

               



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *