Journées culturelles des Dozo :  La 7ème édition sous le sceau des défis sécuritaires

Deux jours durant, l’Union nationale des Dozo du Burkina a organisé ses « Journées culturelles » à Bobo-Dioulasso. Le samedi 5 mai 2018, elle était en communion avec la population et les confrères venus d’autres pays de la sous-région. Cette 7ème édition est placée sous le thème : « Contribution des auxiliaires de la sécurité pour relever les défis sécuritaires des populations ».

«Cette année, comme toutes les autres, nous menons la réflexion sur les enjeux sécuritaires de notre pays. Nous voulons renforcer davantage notre collaboration avec les FDS pour barrer la route à l’insécurité grandissante dans notre pays. Désormais, une communauté sera à l’honneur de ces journées. Et cette fois-ci, cet hommage est rendu à  la communauté Karaborola », affirme le président de l’Union nationale des Dozo Aly Konaté.

Au nom de ses pairs, le Chef de canton de Guéna (dans la commune de Kourinion située à 60 kilomètres de Bobo-Dioulasso) Ernest Santa Traoré a réaffirmé la bénédiction des autorités coutumières aux Dozo, qui,  dira-t-il,  font preuve de sagesse dans leurs efforts de lutte contre insécurité tout en se gardant d’infliger des peines dégradantes aux bandits. «Nous saluons votre sens élevé du respect de la dignité humaine dans vos méthodes d’interpellation », dit-il.

Comme il fallait  s’y attendre, le tour de magie était au rendez-vous de la fête de cette union riche de  17 000 membres.  « Ander », celui-là même qui a remporté le Prix ouest-africain de la magie en Gambie,  a ému la foule avec deux séances impressionnantes.

« Personne n’est venue avec Dieu dans sa valise »

La cérémonie commémorative des journées culturelles des Dozo selon les organisateurs  a mobilisé la présence de 8 250 confrères venus de plusieurs pays. Notamment le Mali et la Côte d’Ivoire, « pays frères » qui partagent non seulement la culture du Dozoya (pratique des Dozo), mais aussi une région de leur pays respectif appelée Kénédougou.

Et le Dozoba du Kénédougou au Mali Soumaila Traoré n’y est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer les comportements tendant à dévaloriser leur pratique : « L’Afrique gagnera à valoriser son authenticité culturelle en lieu et place des religions importées. Car ces dernières à ce que je sache ne sont pas  non plus venues avec Dieu dans leurs valises. Les Dozo ne sont pas des mécréants. Nous adorons  nous aussi le même Dieu et il nous le rend plutôt bien. Nous sommes toujours les derniers remparts des pouvoirs politiques et il faudra qu’ils accordent enfin aux Dozo la place qui leur revient ».

Belle, jeune et dozo  

Âgée de 25 ans, Nana Zerbo, de par sa « puissance naturelle », occupe déja une grande place dans la confrérie Dozo

 Cette 7ème édition a vu au aussi la présence remarquable d’une jeune dame appelée  « Djinètigui Nana Zerbo. A l’âge de 25 ans, elle est l’une des rares femmes qui occupent une place importante dans le cercle fermé de la confrérie Dozo. C’est elle qui a été chargée de la remise Symbolique du « Tchiwaara », trophée suprême que le Mali a bien voulu décerner au président de l’UND Aly Konaté.

Et aussi le trophée d’hippopotame, animal symbolisant la grandeur pour le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, parrain de cette édition représenté par le ministre de l’environnement, de l’économie numérique et du changement climatique,  Nestor Bassière.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page