Burkina : Un emprunt obligataire par appel public lancé

1239 0

Le Burkina Faso a lancé le mardi 15 mai 2018 à Ouagadougou, un emprunt obligataire par appel public à l’épargne dénommé Trésor public du Burkina Faso (TPBF) 6,5% l’an 2018-2025 d’un montant de 75 milliards de F CFA. Pour la matérialisation de cette action, le ministère des finances a donné mandat à Coris Bourse pour être arrangeur et chef de file de l’émission obligataire de l’Etat burkinabè sur le marché financier de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Le principal objectif visé par l’emprunt obligataire est la mobilisation des ressources complémentaires pour assurer l’équilibre financier du budget de l’Etat. C’est une émission qui s’insère dans le cadre de la loi de finance 2018, donc régulièrement autorisée par l’Assemblée nationale qui a mandaté le ministre en charge des finances de rechercher des sources de financement complémentaires pour la couverture des investissements qui seront exécutés par l’Etat au cours de l’année 2018.

« Ces obligations constituent un placement sûr et rentable »

Il s’agit d’investissements qui s’inscrivent en droite ligne avec les objectifs poursuivis par le Plan national de développement économique et social (PNDES). La présente émission d’emprunt obligataire porte sur un montant de 75 milliards de FCA représentés par 7 500 000 obligations d’une valeur nominale de 10 000f CFA avec un taux d’intérêt de 6,5% l’an et une maturité de 7 ans dont deux ans de différé.  

Le Directeur général du trésor et de la comptabilité publique Abraham Ouattara, a soulevé un certain nombre d’avantages liés à la souscription à l’emprunt obligataire dont l’Etat burkinabè est émetteur. Il s’agit « des exonérations fiscales pour les résidents du Burkina Faso, l’inscription à la Cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) et l’admission des titres au refinancement de la BCEAO ». Cet emprunt par appel public à l’épargne présente un avantage additionnel qui est notamment la périodicité de remboursement qui est semestrielle.

Le Burkina Faso a une expérience avérée en matière d’intervention sur le marché boursier, indique le Directeur général du trésor et de la comptabilité publique. « Nous intervenons régulièrement sur le marché des titres publics » dit-il avant de préciser que « ces obligations constituent un placement sûr et rentable ». Il a ainsi appelé l’ensemble des Burkinabè à s’y investir car, selon Abraham Ouattara, au-delà de ce placement, tous les souscripteurs vont contribuer « à construire » le Burkina Faso.

« Dès aujourd’hui (15 mai 2018, ndlr), la période de souscription commence et est prévue s’achever le 31 mai 2018 », a insisté Yacouba Saré, Directeur général de Coris Bourse qui précise que les personnes physiques et morales sont ciblées par cette opération. L’emprunt bénéficie de la garantie souveraine du Burkina Faso. Dans la vidéo qui suit, « en français facile », Yacouba Saré explique l’emprunt obligataire.

Vidéo : L’emprunt obligataire expliqué

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

There are 1 comments

  1. Bonjour. Tous les burkinabè peuvent s’inscrivent vous dites. J’ai quelques questions.1) moi j’ai 56ans,je peux m’inscrire ? Je pars à la retraite dans 4 ans,je peux m’inscrire ? La somme fixée est 10000f,je peux souscrire autant de 10000 que je peux? C’est où que je peux faire ma souscription.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *