Dossier Zongo : « Nous ne sommes pas contre la manifestation de la lumière »

1369 6

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a fustigé « le manque d’élégance » dont le Burkina Faso a fait montre, relate le parti, lors de la rupture des relations diplomatiques entre le pays des Hommes intègres et la République de Chine Taïwan, le 24 mai 2018. Reconnaissant que c’est un acte de souveraineté qui incombe au pouvoir en place, le parti dit attendre « la preuve » que la nouvelle relation avec la Chine populaire servira les intérêts des populations.  

Le nouveau président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Eddie Komboigo, face à la presse le mercredi 30 mai 2018 a indiqué également que le CDP a « donné une leçon de démocratie en procédant au choix de son président par vote aux bulletins secrets ». Selon M. Komboigo, cette expérience inaugure une nouvelle ère pour la démocratie interne des partis politiques en Afrique.

Le parti dans son adresse affirme compter revenir sur la loi du 7 avril 2015, notamment en ses articles 135, 166 et 242, votée par le Conseil national de la Transition (CNT) et qui excluait certains caciques de l’ancien parti au pouvoir pour la course aux législatives, aux municipales et à la présidentielle. Pour Eddie Komboigo, « il est temps de redonner les droits fondamentaux à tous les Burkinabè ».

C’est pourquoi, dit-il, « nous voulons [la] suppression pure et simple [de ces dispositions] du Code électoral ». Pour ce faire, annonce le président du parti, une proposition de loi modificative a été introduite par les députés du groupe parlementaire CDP. Et toujours liée aux échéances électorales de 2020, le CDP souhaite que la participation des Burkinabè de l’étranger soit « une réalité », qu’ils puissent voter sur la base de la CNIB, de la carte consulaire ou du Passeport.  

Courant mai 2018, à l’Assemblée nationale, les députés ont adopté deux projets de loi. Le premier a porté sur la ratification de la Convention d’entraide judiciaire en matière pénale et le second est relatif à l’autorisation de ratification de la convention d’extradition entre le Burkina Faso et la France.

Lors du vote, le CDP a choisi le « Non ». Eddie Komboigo s’explique : « Nous ne sommes pas contre la manifestation de la vérité sur l’affaire Norbert Zongo, bien au contraire. Ce que nous fustigeons, c’est le fait de voter une loi taillée à la taille de François Compaoré », dont le nom ressort dans l’enquête de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Pour le président du CDP, « cette loi est la fille de la vengeance, qui creuse davantage le fossé entre les Burkinabè ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. Ce qui importe dans tout ca c’est l’extradiction de Francois Compaore pour jugement au Burkina, meme s’il faut voter une loi en la matiere. Et si vous etes pour la manifestation de la verite alors il n’y a pas milles chemins. Point barre.

  2. Sciété civile |

    Eddie Komboigo: « Nous ne sommes pas contre la manifestation de la vérité sur l’affaire Norbert Zongo, bien au contraire. Ce que nous fustigeons, c’est le fait de voter une loi taillée à la taille de François Compaoré », dont le nom ressort dans l’enquête de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Pour le président du CDP, « cette loi est la fille de la vengeance, qui creuse davantage le fossé entre les Burkinabè ».
    Comme vs le dites si bien, ton françois compaoré è bien responsable ds la mort de N. ZONGO, é lre fossé entre les burkinabè vs l’avez aidé à creuser. La loi cè la loi.

  3. AN HAAAANN! ÇA VA SE SAVO. VOUS SAVEZ MR EDDIE, VOUS Y ÊTES POUR PEU DANS CETTE AFFAIRE .
    MAINTENANT VEILLEZ À VOUS TAILLER UN COSTUME DE PRESIDENTIABLE AU LIEU DE PASSER LE PLUS CLAIR DE VOTRE TEMPS À DÉFENDRE DES INDEFENDABLES. CELA VOUS EST MÊME PRÉJUDICIABLE!
    CECI DIT, RECONNAISSEZ AU MOINS QUE VOTRE ” FILLE DE LA VENGEANCE ” À VOUS, A ETE MISE AU MONDE PAR MR “TORT” À VOUS SUR LA PLANÈTE “IMPUNITÉ”.
    HÉÉÉ MONSIEUR KOM, L’HOMME PASSE MAIS LE PEUPLE NE PASSE PAS, FUT-IL EN TEMPS DE PESTE. MR KOM, UN HOMME PEUT OUBLIER. DEUX PEUVENT OUBLIER. MÊME UN MILLION D’HOMMES PEUVENT OUBLIER, MAIS TOUT UN PEUPLE N’OUBLIE PAS ET MIEUX QUE MOI VOUS LE SAVEZ.
    UN BAROUD D’HONNEUR DE VOTRE PART, D’ACCORD. MAIS N’ESPEREZ PAS PLUS DU PEUPLE EN FAVEUR DE CEUX QUI SE SUBSTITUAIENT A DIEU/ALLAH POUR TUER DE GAUCHE À DROITE. ATTENTIOND’AILLEURS ! PRIEZ POUR QUE LE PÉCHÉ DE SANG DES VICTIMES DES COMPAORÉ NE TOMBE SUR VOUS QUI TROUVEZ ASSEZ DE ZÈLE POUR LES DÉFENDRE. VOUS ÊTES CHEF DE PARTI OU CHEF DE GANG?

  4. Merci frangin pour cette analyse claire et succincte. Mr Eddie pense qu’il s’explique devant un auditoire voué a sa cause. Qu’il sache que la majorité des burkinabè attende la lumière sur cet assassinat.

  5. Mr les gens du CDP, vous pensez que qui est derriere l’assassinat de Norbert Zongo.? Si ce n’est pas Francois Compaoré, il faut qu’il vienne alors repondre. Si on se reproche rien, on a pas besoin d’avoir peur car actuellement la justice est bien independante et impartiale. Quelqu’un ne sera jamais condamné sans prevue actuellement.

    Le Boss

  6. Sekepingre ZONGO |

    Monsieur le Président du CDP, de grâce merci d’avoir un peu de respect pour la famille ZONGO car si le vote de cette loi constitue pour vous “LA FILLE DE LA VENGEANCE” sachez que pour la famille elle constitue une lueur d’espoir pour une possible manifestation de la vérité dans cette triste situation qu’elle vit depuis plusieurs années. N’étant pas de la famille je comprends que vous ne puissiez comprendre ni appréhender cette difficile situation. Toutefois je me permets avec humilité de vous inviter à avoir plus d’égard pour les autres et surtout à bien penser et à bien peser vos mots avant de les sortir car vous êtes à la tête d’un “BAOBAB” politique du Burkina Faso. Très amicalement

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *