Pluviométrie au Burkina : Les prévisions de l’ANAM pour 2018-2019

1303 0

L’Agence nationale de la météorologie (à partir des données au niveau régional désagrégées) annonce un cumul pluviométrique excédentaire à tendance normale sur la partie Est, Nord-Ouest et Centre-Ouest du territoire en Juin-Juillet-Août (JJA). Ce qui ne sera pas le cas dans les parties Ouest, Sud-Ouest où il est attendu « une situation normale à tendance déficitaire » pour la même période. Pour la période Juillet-Août-Septembre (JAS), il est attendu une situation similaire sur une « majeure partie du pays excepté la partie extrême Sud-Ouest où une situation déficitaire est attendue ».

Des exposés sur les prévisions saisonnières des cumuls pluviométriques au Burkina et sur les prévisions des caractéristiques agro-climatiques 2018 faites respectivement par Ousmane Ouédraogo  et Grégoire Baki de l’ANAM, ce 31 mai 2018 au cours d’une conférence de presse,  il ressort que la pluviométrie en Afrique de l’Ouest est tributaire des anomalies de températures  au niveaux des océans Pacifique et Atlantique.  

Pour déterminer les tendances pluviométriques au niveau national, l’Agence nationale de la météorologie a procédé à la désagrégation des données brutes partagées lors du cinquième forum des prévisions climatiques saisonnières des caractéristiques pluviométriques, agro-climatologiques et hydrologiques de la saison 2018 pour la zone soudano-sahélienne de l’espace CILSS/CEDEAO du 29 avril au 5 mai 2018 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Après avoir fait « une réduction d’échelle » à l’aide des outils à leur disposition, ils sont parvenus à ces résultats.

Pour la période JJA 2018, a indiqué Ousmane Ouédraogo, il est prévu globalement un cumul pluviométrique excédentaire à tendance normale sur la partie Est, Nord-Ouest et Centre-Ouest du territoire. En ce qui concerne les parties Ouest, Sud-Ouest, on s’attend à un cumul normal à tendance déficitaire. Pour la partie centrale, nous nous attendons à une situation normale à tendance excédentaire.

En ce qui concerne la période JAS 2018, on s’attend à des situations excédentaire. Il est attendu des cumuls pluviométriques excédentaires à tendance normale à l’extrême Est du pays et sur une partie des régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Ouest, du Centre-Sud et une partie de la région des Cascades.

On s’attend à une situation excédentaire à tendance normale sur la partie centrale le Centre-Nord, le Nord, une partie du Sahel, de la Boucle du Mouhoun, de la région de l’Est et de la région du Centre-Sud. En ce qui concerne la partie Ouest du Burkina, à l’ANAM, on s’attend à une situation normale à tendance déficitaire pour la partie Ouest et une situation déficitaire à tendance normale pour l’extrême Sud.

Les prévisions pluviométriques pour Juin-Juillet-Août 2018

Ces prévisions sont tributaires selon les deux exposants des « anomalies de températures au niveau des bassins océaniques ». Températures qui « jouent un rôle majeur sur les conditions pluviométriques à l’échelle du globe ». A plus basse échelle,  la télé-connexion entre cet état de fait et pluviométrie constitue « un maillon important dans la prévision saisonnière des pluies en Afrique de l’Ouest ». De ce fait, déduit Ousmane Ouédraogo, « si nous avons une situation chaude au niveau des côtes sénégalaises et une situation froide au niveau des pays du golfe de Guinée, nous avons une situation humide au niveau du Burkina Faso. A l’inverse, nous pouvons connaitre des situations sèches ».

La prévision saisonnière constituant « une des meilleures stratégies d’adaptation à la variabilité et au changement climatique en Afrique de l’Ouest », le directeur de l’ANAM Ernest Ouédraogo a quant à lui tenu à insister sur le « caractère évolutif des prévisions ». Il annonce par ailleurs des mises à jour tout au long de la saison pluvieuse pour une meilleure gestion des risques.

Grégoire Baki qui a exposé sur les prévisions des caractéristiques agro-climatiques a, au regard du risque de sécheresse, recommandé entre autres le choix d’espèces et de variétés de cultures résistantes au déficit hydrique et aux séquences sèches prolongées, l’utilisation de techniques culturales favorisant l’économie de l’eau au sol et la réalisation de bassins de collecte des eaux de ruissellements et l’investissement dans les semences améliorées.

Pour cela, l’ANAM et l’INERA ont opté pour la voie de la collaboration. La première fournit les données sur les prévisions pour que la seconde puisse en faire une exposition parce que cela va de pair. « Nous travaillons bien longtemps avec l’INERA. Donc chacun n’est pas cloisonné », a-t-il déclaré.

Prévisions météorologiques pour Juillet Août et Septembre

Chenilles légionnaires

La chenille légionnaire s’est répandue « rapidement » dans les régions du centre-ouest et du sud-ouest en deux semaines la saison écoulée. Cette année, le gouvernement anticipe et joue la carte de la prévention en plaçant la campagne agricole sous le thème renforcement de la veille face aux attaques parasitaires pour une réduction des pertes de production agricole.

Expliquant le processus, « lorsque les conditions de sécheresse sont réunies, cela favorise la prolifération des ennemis de cultures », a expliqué Grégoire Baki. Et « étant donné que la météo nous a prévenus qu’il y a des risques que des sécheresses sévissent encore cette année, il y a des risques encore que les conditions soient favorables pour l’apparition de ces ennemis de cultures », a-t-il alerté avant de conclure par un appel à « prendre les dispositions pour qu’ils ne prennent pas de l’ampleur et n’anéantissent pas les productions ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *