Révélation du salaire de la ministre des finances: « Ça commence à voler un peu bas »

473 7

La majorité parlementaire a, au cours d’une conférence de presse ce 8 juin 2018, dénoncé le fait que l’opposition politique burkinabè ne maîtrise pas les textes de l’Assemblée nationale. L’opposition, selon Me Bénéwendé Sankara, pleurniche, alors qu’elle est allée jusqu’à créer, pour la première fois, une commission d’enquête parlementaire.

Pour le 1er Vice-président du Parlement burkinabè, Me Bénéwendé Sankara, l’opposition joue au pleurnichard. Alors que « si le mensonge n’a pas eu de contradiction, ça devient une vérité », illustre-t-il. Une opposition doit avoir une feuille de route, ajoute-t-il, mais que celle burkinabè ne fait que pleurnicher autour de ses intérêts personnels.

Il prend l’exemple des débats au cours desquels l’opposition se lamenterait de n’avoir pas été associée à telle ou telle mission, ou telle personne est en mission et qu’elle n’est pas au courant… « Ce n’est pas le rôle demandé à l’opposition qui doit plutôt jouer le rôle de contre-pouvoir », insiste le Député UNIR/PS, membre de la majorité parlementaire.

Il invite par ailleurs les membres de l’opposition à travailler davantage à maîtriser les textes et règlements de l’Assemblée nationale. « Le Burkina a une opposition qui ne sait qu’organiser des conférences de presse. Tous les jours, conférences de presse », ironise-t-il. Ce sont les principaux points qui ont fait l’objet de la tenue de cette rencontre avec les Hommes de médias. L’occasion faisant le larron, d’autres sujets d’actualité n’ont pas tardé à être abordés.

« Il est important que la franchise de l’Etat ne soit pas dupée. Voilà que nous en sommes aujourd’hui à une situation préoccupante. Notre point de vue sur la fronde sociale avec les multiples grèves, c’est que nous lançons et réitérons notre appel au sens patriotique et au sacrifice des uns et des autres pour qu’on sorte définitivement de cette situation. Mais ça je le dis et je le répète, prenons des engagements que nous pouvons tenir sur de longs termes. Le Burkina Faso est un pays à ressources modestes. C’est notre modestie et notre sens de responsabilité dans la gestion qui nous ont permis de tenir jusque-là nos engagements et de ne pas arriver à des situations de cessation de paiement comme on a connues dans d’autres contextes »

(Lassina Ouattara, Président du groupe parlementaire MPP)

Concernant notamment le bras de fer au ministère des finances, le Président du groupe parlementaire MPP, Lassina Ouattara, estime que le fait d’aller jusqu’à dévoiler le salaire d’un ministre, c’est de voler bas.

« Tout le monde doit avoir droit à la parole et se prononcer par exemple sur la question de la remise à plat des systèmes de rémunération. Parce que comme on le dit, si notre Fonction publique s’enrhume, beaucoup de gens vont éternuer. La Fonction publique est la branche sur laquelle nous sommes tous assis. Si nous la scions, nous pourrions tous tomber », prévient le Député Lassina Ouattara.

Sur le sujet de la révélation du salaire de la ministre des finances : « Des gens ont fait leur conférence de presse. Nous n’avons pas vu le bulletin de paie de Madame la ministre. Nous ne savons pas comment elle est payée. Mais, je pense que ça commence à voler un peu bas. Je pense qu’on est en train de passer à côté de l’objectif. Ce n’est pas ce que l’opinion veut entendre ».

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 7 commentaires

  1. Ke ceux ki ont droit a des salaires pnudiens restent au PNUD Le BF n”en a pas imperieusema besoin Pensez vs qu’ils fassent mieux pour ce pays que l’adent de sante ou l’instituteur se battant aux confine du dernier village du pays?

  2. Elle avait un salaire de plus de 15 millions quand elle etait au pnud. Je penses que le gouvernement doit sevir maintenant. Il y a trop de libertinage dans ce pays. Il faut quon sache que le pays est gouverné par une autorité. Franchement dit trop cest trop

  3. Il faut que ces syndicalistes divulguent leurs intentions qui n’est autre que de faire basculer le pays. Aller jusqu’à divulguer le salaire de la pauvre dame prouve que d’autres intention se cachent derrière ce que l’on voit. Cest une honte et une eureur à ne pas faire car la dame aurait dû gagner plus du fait de sa lourde responsabilité qu’elle avait au PNUD.

  4. Moi personnelement je felecite madame la ministre des finances pour ses multiples efforts. Etant un fonctionnaire international au PNUD la dame touchait presque le même salaire voir plus et avait des avantages également. vous les agents du MINEFID entre 55 MILIARD de FC distrubué chaque année et 125 millions pour cette dame qui se bas tant, cela laisse à reffléchir

  5. Les chinois disent que si tu sais que ce que tu as dire n’est plus important que le silence, tais-toi. Huit millions pour cette dame, elle est sous-payée. L’obligation de réserve commande une certaine retenue Vous ne pourrez plus distraire la population avec de l’intox. Tout le monde sait pertinemment que le fonds commun est le nœud central de vos revendication. Tout simplement parce que vous voulez surplomber les autres agents de l’Etat. Vous auriez du vous taire et se la couler douche sans ébruiter le secret. Voilà que c’est les mésententes liées au partage de ce butin qui ont déporté cela sur la place publique. Est-que vous entendez vos collègue des autres pays s’exciter autour ce fonds? Personne ne jalouse l’autre à cause de ses avantages matériels de ce bas-monde. Mais, si l’opinion s’en émeut c’est juste une question de valeurs liées à l’équité et à la justice sociale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre