Jacques Blaquart : « La France, un modèle dans la formation »

1689 0

La formation à la française est un modèle pour le monde selon l’ancien directeur technique de la Fédération française de football (FFF) Jacques Blaquart, présent à Ouagadougou à l’occasion du séminaire sur l’amélioration de la contribution du football à la croissance économique organisé par le Ministère des sports et des loisirs (MSL). Cet exemple a été présenté aux acteurs du sport burkinabè le lundi 18 juin 2018 à Ouagadougou.

La France a longtemps été en retard en matière de sport comparativement à certains pays occidentaux. Pour rattraper ce retard, elle a dû développer son propre modèle de formation en tenant compte des différentes tranches d’âges des jeunes dans la formation. Conséquence, sur les dix dernières années, elle est présente sur tous les podiums en football, notamment pour ce qui concerne les sélections de jeunes.

Par exemple, elle est championne du monde des U20, champion du monde  U17 filles, deux fois championne d’Europe U19, trois fois championne d’Europe U19 filles, championne d’Europe des U17, et  championne du Monde Universitaire chez les filles. Si la France a atteint ces résultats, c’est en adoptant des méthodes rigoureuses qui servent aujourd’hui de modèle sur le plan international.

La France a développé son modèle en tenant compte de l’âge de l’enfant. Il faut donc savoir qu’entre 6 ans et à moins de 11 ans (école primaire), l’enfant découvre le plaisir de jouer et apprend les fondamentaux du football. C’est ce qu’il faut lui inculquer à cet âge. Quand il arrive au collège et entre 12 et 15 ans, le jeune athlète est en construction. A cette étape, les exigences sont l’excellence et dans le jeu et l’esprit d’équipe. Entre 16 et 20 ans (lycée),  il est à l’étape de la maturité et c’est une période d’épanouissement de l’individu pendant laquelle, il lui est inculqué la formation  de haut niveau, explique Blaquart.

« La formation est le seul moyen pour une nation de rester compétitive au niveau international et de maintenir une compétition nationale digne de ce nom », insiste l’expert Jacques Blaquart. Mais, il faut avoir des critères rigoureux de détection. Il s’agit donc de façon pyramidale,  de se baser sur l’état d’esprit, l’éducation, la mentalité, le mental. Ensuite, suivent l’intelligence de jeu, les aptitudes techniques pour terminer par le potentiel athlétique.

Comme il l’a souligné, la formation des entraîneurs est incontournable. En cela, « le système français est le meilleur au monde. C’est pourquoi il a été copié au niveau européen, au niveau de la FIFA et de la CAF », affirme Jacques Blaquart.

Cependant, pour lui, «les meilleures nations sont celles qui développent leur propre système de formation des cadres ».  Il faut décentraliser les centres de formation depuis les provinces, les régions pour remonter au niveau régional et national. A titre d’exemple, en France  entre 2016-2018, il y a eu 40 000  stagiaires en formation qui ont participé à des modules  organisés dans leur localité.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *