Afrique du Sud: Un parti politique exclusivement dédié aux Noirs

1399 0

Une nouvelle formation politique entièrement dédiée à la défense de la cause des Noirs vient de faire son apparition. L’ex-président Jacob Zuma est soupçonné d’en être l’instigateur.

Un nouveau parti politique créé par des cadres de la région du Kwazulu-Natal a dévoilé sa vocation de plaider en faveur des intérêts des Sud-Africains noirs. Reggie Ngcobo, son initiateur serait le transfuge du Parti communiste sud-africain, des Combattants de la liberté économique et du parti au pouvoir, le Congrès national africain, ANC, au niveau provincial.

Il entend donner au Mazibuye African Congress ce qui selon lui manquerait aux autres formations qui animent la vie politique de son pays, c’est-à-dire, faire de la cause noire sa priorité. Reggie Ngcobo a promis restaurer « la dignité des Noirs en décolonisant leur esprit afin qu’ils croient et s’aiment au lieu de suivre les protocoles et les systèmes occidentaux ».

Du coté de l’ANC, l’on soupçonne l’ancien chef de l’Etat déchu, Jacob Zuma, d’en être le véritable initiateur. Ce que Reggie Ngcobo a vigoureusement démenti dans la presse, précisant que « nous avons consulté Msholozi (le nom de clan de Zuma) comme un pilier, un ancien combattant de la liberté et l’ex-président du pays – pas comme un membre de l’ANC. Ses conseils étaient uniquement dans le but de nous orienter », a-t-il précisé avant de reconnaître son admiration pour l’ex-président en qui il voit l’illustration parfaite et inspirante de la lutte pour l’émancipation du noir en Afrique du Sud.

“Nous ne voulons vraiment pas avoir des Blancs dans notre organisation en ce moment parce que nous croyons que les défis auxquels sont confrontés les autochtones sont uniques”, a expliqué plus loin Reggie Ngcobo bien que ce défendant des accusations tendant à peindre son parti de raciste.

Il assure néanmoins que les adhésions seront ouvertes à tous les Sud-Africains sans distinction de race seulement après que l’identité du parti sera forgée par les systèmes autochtones africains.

L’implication des chefs traditionnels dans la gestion du pays et l’épineuse question de la redistribution des terres seront au cœur du combat du Mazibuye African Congress.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   Burkina24

Source: Africanews



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *