Poliomyélite : Place au vaccin antipoliomyélitique inactivé

1106 0

Dans la campagne qu’il mène contre la poliomyélite, le Burkina Faso passe du vaccin par voie orale à celui par injection aux enfants de quatre (04) sur une durée de quatre mois. Le lancement de la campagne est prévu pour ce 20 juillet 2018. Jouant la carte de « l’information juste », la direction de la prévention des maladies par la vaccination opte de faire des médias ses partenaires pour atteindre son objectif.

Selon les statistiques du ministère de la santé, depuis le 21 octobre 2009, le Burkina n’a enregistré un seul cas de poliomyélite sur l’ensemble du territoire. Ce qui lui a valu d’être déclaré pays libre de la circulation du poliovirus sauvage. Mais alors pourquoi vouloir procéder à l’inoculation du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) aux nouveau-nés ?

« Les frontières sont ouvertes. Quelqu’un qui est malade dans un pays voisin peut se retrouver du jour au lendemain au Burkina Faso. S’il se trouve que les enfants sont correctement et complètement vaccinés, le virus ne peut pas les infecter et donc ne peut plus circuler sur le territoire national », justifie docteur Ouédraogo Issa, directeur de la prévention par les vaccinations.

En plus poursuit-il, le choix de passer de la voie orale à celle injectable dans le cadre de la prévention de la poliomyélite s’explique à plus d’un titre, selon lui. « Eliminé dans les selles dans la nature, [le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) type 2]  peut reprendre sa virulence et infecter les enfants et faire apparaitre la maladie que nous avons pu éliminer sur le territoire national ».

Retirer

Ce mercredi 18 juillet 2018, l’heure était au partage d’informations avec les journalistes à deux jours du lancement de la campagne de vaccination prévue pour ce 20 juillet. « Il faut qu’on travaille à donner l’information à la population, aux communautés. Il faut qu’elles soient informées. C’est vraiment vous donner l’information juste pour que vous nous aidiez à faire passer ces informations », a soutenu le docteur Kambou Jean Ludovic.

En allant dans ce sens, le Burkina se conforme ainsi aux recommandations de l’organisation mondiale de la santé (OMS). L’agence onusienne prévoit de procéder à un retrait définitif du VPO et de le remplacer par le vaccin antipoliomyélitique inactivé pour prévenir la réémergence du poliovirus. « A terme, a annoncé le docteur Ouédraogo, il est prévu que toute forme orale de vaccin ne soit plus utilisée dans le monde. Une dynamique dans laquelle le Burkina Faso s’est inscrit ».

En attendant, la voie orale comportant un « petit » risque de réémergence du virus, la direction de la prévention par les vaccinations qui prévoit de continuer à l’administrer jusqu’en 2020 concomitamment avec la forme injectable, s’active pour « progressivement le retirer » de la liste des vaccins dans le cadre de la vaccination de routine.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *