Campagne agricole : Entre espoir d’une bonne pluviométrie et lutte contre la menace chenille

1803 0

La campagne agricole s’est effectivement installée dans toutes les régions du Burkina. C’est la principale information donnée ce vendredi 20 juillet 2018 par le ministre de l’agriculture  et des aménagements hydrauliques Jacob Ouédraogo au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou.

Selon les relevés, le cumul de pluviométrie au 10 juillet 2018 comparativement à la même période de la campagne précédente indique une situation déficitaire dans la majeure partie du territoire, exception faite aux régions du Sahel, du Centre-Ouest et des Cascades qui, elles, ont enregistré un cumul pluviométrique excédentaire.

Cependant, rien d’inquiétant selon le ministre Jacob Ouédraogo qui espère même une campagne agricole fructueuse. D’après l’Agence Nationale de la Météorologie (ANAM), une pluviométrie excédentaire à normale est annoncée sur la quasi-totalité du territoire national pour cette campagne agricole.

Pour autant, une pluviométrie excédentaire ne signifie pas forcément une sécurité alimentaire. Et le ministre Jacob dit en être conscient. C’est d’ailleurs pour cela qu’il encourage « les producteurs à l’utilisation des semences améliorées, des engrais de qualité et des pesticides homologuées ».

En plus, dans le but d’une meilleure sécurisation des exploitations agricoles face à d’éventuelles poches de sécheresse, le ministre en charge de l’agriculture invite les producteurs à la pratique de l’irrigation de complément à partir des bassins de collecte d’eau de ruissèlement et de toute retenue d’eau.

La chenille légionnaire d’automne réapparait,  le gouvernement riposte…

Mais il convient de noter que la campagne agricole n’est pas seulement menacée par la pluviométrie capricieuse. Désormais et cela depuis 2017, la chenille légionnaire d’automne fait partie des principales menaces de l’agriculture. Pour la présente campagne, cette chenille est encore apparue dans certaines régions du Burkina. Face à ces prédateurs de culture, le département de l’agriculture ne compte pas en rester les bras croisés. 

La saison agricole a du reste été placée sous le signe de « la lutte contre les prédateurs des cultures ». Selon son premier responsable, des équipes de traitement phytosanitaire sont actuellement déployées dans les régions pour apporter une riposte précoce à ces insectes.  Pour éradiquer les chenilles légionnaires d’automne hors du Burkina, le département de Jacob Ouédraogo bénéficie d’un soutien de l’organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) pour la mise en œuvre d’un projet d’élaboration d’une stratégie de gestion durable de la chenille légionnaire d’automne.

Ce qui est attendu de cette campagne…

Au titre de cette campagne agricole, il est attendu une production de 5 800 000 tonnes de céréales et de plus de 1 500 000 tonnes de cultures de rentes et 979 900 tonnes d’autres cultures vivrières. Pour que ces attentes se concrétisent, le gouvernement a consenti, selon le ministre en charge de l’agriculture, 16 000 tonnes d’engrais, 8 155 tonnes de semences améliorées, 1 150 000 boutures de manioc et de patate, 27 400 unités d’équipements agricoles, 10 500 animaux de trait et 20 000 litres de pesticides au profit des producteurs. Ces différentes subventions vont coûter au budget de l’Etat environ 25 milliards de FCFA.

Maxime KABORE

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *