Zoom sur une compétence burkinabè : David Nelson Compaoré 

245 0

Ses géniteurs avaient la conviction qu’endosser le prénom de l’illustre Mandela influerait fortement sur sa capacité à se surpasser pour relever tous les challenges que la vie lui imposerait. Cette vision ne les a pas trahit puisque le petit David Nelson Compaoré  (DNC) a vite perçu le poids de cette responsabilité historique en bataillant chaque fois pour faire valoir son riche bagage intellectuel dans tous les milieux où il était appelé à faire valoir ses compétences.

A priori, peu de personnes auraient du mal à lui coller un visage, en raison de la discrétion dont il a toujours pris soin d’entourer ses faits d’armes. Mais en fouillant les registres de l’Université Saint Thomas Dakin de Saaba (Ouagadougou), on peut facilement retrouver le parcours élogieux de cet timide étudiant dont les excellentes performances lui ont ouvert grandement en 2010 les portes de l’Université de Poitiers en France.

Il y a fourbi ses armes au fil des années parmi des milliers d’étudiants d’origines diverses. Le jeune burkinabè s’y fait remarquer en y réalisant un parcours sans faute. Pour parachever ce parcours académique, David Nelson COMPAORE planche actuellement sur un doctorat en Droit international à l’Institut d’Histoire du Droit de l’Université de Poitiers. Ses travaux en cours lui permettent d’analyser le rôle et la place de la Cour Permanente d’Arbitrage, première institution internationale créée pour le règlement des conflits internationaux par l’arbitrage interétatique et autres moyens pacifiques comme la conciliation. Il découvre avec un réel ravissement d’ailleurs que le Burkina Faso est l’un des premiers Etats africains à avoir ratifié, au sortir des indépendances, la Convention créatrice de cette Cour qui siège à la Haye.

Depuis quelques mois, le jeune Burkinabè  est chercheur invité au Max Planck Institute Luxembourg, au sein du département de Droit international et règlement des différends. Il est aussi membres d’un groupe de jeunes chercheurs en études de défense en tant que doctorant rattaché à l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire de Paris (IRSEM). Avec son double profil de juriste et d’historien, David Nelson COMPAORE a également à charge les travaux dirigés en histoire des institutions politiques économiques et sociales. En tant qu’internationaliste, et mêmes si ses travaux embrassent plusieurs domaines, ses recherches portent principalement sur la doctrine historique du Droit de la guerre et de la paix, le Droit internationale public, les institutions internationales et surtout le Droit des conflits armés.

L’ex-étudiant de Saaba est resté très attaché à sa mère patrie avec la conviction qu’il est possible d’être utile à son pays et à sa communauté n’importe où. De ce fait, D. N. COMPAORE a dirigé pendant trois ans l’Association des burkinabè de la région du Poitou-Charentes, région qui a la particularité de concentrer de nombreux comités de jumelages avec des villes du Burkina, dont le plus ancien est celui de Ouaga-Loudun. Grâce à son engagement et à sa volonté perpétuelle de se surpasser, il distille au sein de la diaspora burkinabè son amour pour la patrie et l’importance pour tous les compatriotes de perpétuer l’œuvre de leurs valeureux prédécesseurs qui avaient non seulement hissé les couleurs du Burkina à Poitiers, mais avaient aussi tracé les sillons en initiant plusieurs projets économiques et culturels de grande envergure comme le Festival Ciné Afrika, le Festival Zaka Africa, Créa-Burkina, le Weekend culturel Façon Faso, etc.

Comme le souligne SENEQUE pour qui « il n y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va », le port d’attache de ce doctorant en Droit international reste l’Afrique et le Burkina à qui il « espère pouvoir faire profiter de mon expertise».

Alain DONYRE

Pour Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre