Burkina : Le chef de file de l’opposition appelle à un front unique contre Roch Kaboré en 2020

1877 0

Au cours d’un discours prononcé samedi 21 juillet 2018 à l’occasion du 2e congrès ordinaire de son parti, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), Zéphirin Diabré par ailleurs chef de file de l’opposition politique Burkinabè (CFOP), a appelé à un large rassemblement des partis politiques de l’opposition pour la conquête du pouvoir en 2020.

Dans un congrès où il a battu le rappel des troupes au sein de son parti l’UPC, le chef de file de l’opposition a aussi appelé à un large rassemblement des partis politiques et coalitions membres de l’opposition « pour un vrai changement en 2020 », date des prochaines élections.

S’adressant aux partis membres de l’ancienne majorité présidentielle, Zéphirin Diabré a indiqué que bien qu’ayant été des adversaires par le passé, il faut aujourd’hui tourner la page. « Les querelles d’anciens combattants ne nous intéressent pas. Ce qui nous intéresse c’est comment sortir le Burkina du chaos », rassure le chef du « parti du lion ». Et il ne compte pas s’arrêter là, puisque dit-il, « ces partenaires nous les trouverons même au sein du MPP (parti au pouvoir, ndlr), car nous avons des choses en commun ».
« Il faut agir sans sectarisme aucun et rassurer les uns et les autres que notre combat n’est mené contre personne », insiste le chef de file de l’opposition qui « en appelle à la conclusion d’un pacte politique fort qui rassemblera autour d’une même plateforme d’alternance, de réconciliation nationale, de vrai changement et de progrès ».

Zéphirin Diabré rappelle que pendant deux ans et demi, l’opposition a observé le pouvoir, question de lui laisser tout le temps pour montrer ce qu’il sait faire, mais celui-ci n’a fait qu’étaler « ses tares et il faut donc le secouer pour qu’il change ».

« Il est temps que l’opposition passe à la vitesse supérieure », martèle le chef de file de l’opposition qui lance un appel aux partis de l’opposition à se mobiliser autour du CFOP pour qu’ensemble à travers des actions collectives de masse, ils fassent pression sur le gouvernement afin qu’il revienne sur le droit chemin.

La carte de la réconciliation nationale pour appâter…

Pour convaincre les partis de l’ancienne mouvance présidentielle, Zéphirin Diabré exhibe l’incapacité du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) à asseoir une véritable réconciliation nationale. Un discours qui enchante la Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation Nationale (CODER) dont sont membres les partis de l’ex mouvance présidentielle.

Selon Zéphirin Diabré, si la réconciliation peine à se dessiner sous le règne du MPP, c’est la faute à un « manque de leadership des dirigeants actuels qui sont restés mentalement prisonniers de leur divorce avec [leurs ex-camarades du CDP] en 2014 ».
« Or, il faut avancer, dit-il, parce que le Burkina Faso est une chose trop importante pour nous tous pour que son avenir soit esclave des querelles qui ne finissent pas et qui ne concernent nullement sur les générations montantes », regrette Zéphirin Diabré qui prévient que le Burkina «  n’a aucune chance pour progresser s’il ne trouve pas la formule juste pour faire en sorte que la vérité et la justice ouvrent  la voie à une réconciliation nationale véritable ». D’ailleurs, sur la réconciliation nationale, le chef de file de l’opposition s’offusque que le Président du Faso n’ait sollicité son avis pour une question aussi importante.

Désormais Monsieur Diabré dit être décidé à prendre les choses en mains. « Bientôt nous serons à mesure d’indiquer le chemin pour réconcilier le Burkina Faso. Nous le ferons parce que nous savons maintenant qu’il est de notre devoir de présenter une alternative aux Burkinabè », conclut-il.

Maxime KABORE
Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *