La commune de Karangasso Sambla reçoit une ambulance

758 0

Dans le souci d’améliorer les conditions d’évacuation sanitaires de la population, la commune rurale de Karangasso Sambla s’est dotée d’une ambulance. Estimé à 27 millions de F CFA, l’achat du matériel roulant a été possible grâce au fonds d’accompagnement  du Programme de développement  intégré de la vallée  Samandeni (PDIS). La cérémonie officielle de remise a été faite par le maire ce lundi 23 juillet 2018.

C’est une ambulance munie d’un plateau technique d’une valeur de 27 millions de F CFA qui a été officiellement remise par le maire de la commune de Karangasso Samla Aboudramane Ouattara.

Selon celui-ci,  «depuis des années, le besoin de nous doter d’une ambulance est pressant. Mais on n’arrivait pas à le faire en raison des contraintes budgétaires que connait la commune ».

Heureusement, le rêve de faciliter l’évacuation sanitaire des populations de cette commune rurale située à 60 kilomètres de la ville de Bobo-Dioulasso est désormais une réalité. Et ce grâce au fonds d’accompagnement du  Programme de développement  intégré de la vallée  Samandeni (PDIS).

« Je suis soulagée ! »

C’est donc une population « satisfaite » qui a participé massivement à la cérémonie de remise officielle. «Comme toutes les femmes ici présentes, je suis très contente. Vous savez bien que l’accouchement n’est pas facile. Alors s’il faut encore languir pendant des heures pour que l’ambulance quitte Bobo-Dioulasso (ville qui abrite les structures sanitaires disposant d’un plateau sanitaire technique dans la région, ndlr) pour venir chercher les femmes enceintes, ce n’est pas facile. Je suis soulagée », a fait savoir la représentante des bénéficiaires Mamounata Traoré.

Les faits interpellateurs

Des statistiques données par l’ICP, l’on apprend que la commune rurale de Karangasso Sambla enregistre annuellement 50 cas d’évacuation sanitaire.  Et l’ambulance  va ainsi permettre de réduire les retards des évacuations sanitaires vers les structures sanitaires de référence.

Pour le maire de la commune, c’est la fin de l’évacuation des patients par le moyen des tricycles, une pratique dangereuse pourtant courante dans la ville.

En février dernier, une femme a donné la vie dans un tricycle qui était en train de la conduire au CSPS. Il y a eu plus de peur que de mal. Mais l’incident a plus que jamais interpellé le maire de la commune qui se réjouit  alors du fait qu’ « aucune femme ne doit accoucher dans un tricycle ».

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *