UNESCO au Burkina : Deux fédérations s’associent

758 0

La Fédération Burkinabè des Associations, Centres et Clubs UNESCO (FBACU) et la Fédération Française Pour l’UNESCO (FFPU) ont dit “oui” pour une collaboration de cinq ans renouvelable, à travers la signature de convention de partenariat. C’était ce vendredi 27 juillet 2018 à Ouagadougou.

Longtemps ensemble, la Fédération burkinabè des associations, centres et clubs UNESCO et la Fédération française pour l’UNESCO ont décidé de renforcer leur collaboration par la signature de convention de partenariat. Convention qui s’inscrit dans la promotion des idées de l’UNESCO, qui témoigne de la volonté de la jeunesse burkinabè et française à contribuer à l’avènement d’un monde pacifique, d’une société où les droits humains, la culture de la paix, du civisme et de la citoyenneté auront droit de cité.

Cette signature de convention qui “a été faite devant vous tous (ambassadeur du Burkina en France, Conseiller technique du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Secrétaire général de la commission nationale pour l’UNESCO et son Staff) en tant que témoins et complices de notre engagement  va inspirer plus de confiance à nos partenaires et servir ainsi de modèle de coopération réussie de deux organisations de jeunesse aux yeux de l’ensemble des organisations de la société civile du Nord et du Sud », a souligné le président de la FBACU, Toussaint Bassané.

Dieudonné Ilboudo, conseiller technique du ministre en charge de l’enseignement supérieur, estime que « c’est une bonne chose, une chance pour le Burkina d’avoir une jeunesse dynamique parce que les clubs se sont beaucoup distingués à travers le pays par leur aptitude à fédérer les jeunes et à construire un idéal de paix ».

Ardjouma Sirima, président de la fédération française pour l’UNESCO, a indiqué que cette convention va apporter une plus grande visibilité. « Montrer au grand public que nous sommes ensemble, nous allons porter ensemble les projets“, dit-il.

Et pour Toussaint Bassané, cette convention établira les bases de la collaboration et déroulera une feuille de route d’une panoplie de projets. Le renforcement des capacités, les questions de changement climatique, le chômage des jeunes, sont, entre autres, les projets sur lesquels  les deux fédérations vont travailler.

Irmina KINDA

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *