Code électoral : « Jusque-là, nous faisons des déclarations » prévient Diabré

74 0

Initialement prévue le lundi 30 juillet 2018 à 12h, la conférence de presse des présidents des trois groupes parlementaires de l’Opposition sur le nouveau Code électoral a été ramenée au mardi 31 juillet 2018. L’ADF/RDA, tout comme les autres partis d’Opposition, s’insurgent contre le nouveau Code électoral.

La grogne de l’Opposition contre le nouveau Code électoral concerne principalement trois points : la non-rétention de la carte consulaire comme document de vote et la restriction des bureaux de votes aux ambassades et consulats généraux pour les Burkinabè de l’extérieur et le dernier point, le fichier électoral. Alors que le vote a lieu le lundi 30 juillet 2018, Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA, qualifie de « forcing », l’attitude de la majorité.

Lire 👉 Nouveau Code électoral : Les trois points d’achoppement

« Même sous le régime Compaoré, il y a toujours eu un consensus minimum sur les pièces de votation. C’est la première fois qu’on veut passer en force, le vote du Code électoral. Je pense que cela n’est pas bon pour la cohésion sociale », soutient le président de l’ADF/RDA. A l’en croire, si la loi est votée, une série d’actions sera initiée pour que « cette loi n’entre pas en vigueur ».

Toujours dans la même lancée, le Président de l’UPC, principal parti d’Opposition, « l’opposition va changer sa manière de faire. Jusque-là, nous faisons des déclarations ».  

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre