Sénégal: Le jugement en appel de l’affaire Khalifa Sall attendu le 30 août

236 0

Le jugement en appel de l’affaire Khalifa Sall, le maire de Dakar, est attendu le 30 août  2018.  Il avait été condamné en première instance pour détournement de fonds publics.

Me Khoureisi Ba, l’un des avocats du maire de Dakar, condamné en première instance,  sous le chef d’accusation de détournement de deniers publics, a confié à Jeune Afrique que « les dernières plaidoiries se sont achevées lundi et le jugement sera connu le 30 août ».

Les avocats de Khalifa Sall en guise protestation contre ‘”la violation de (leurs) droits” avaient brillé par leur absence à la fin du procès. En première instance, Khalifa Sall, déclaré candidat à la prochaine présidentielle sénégalaise, avait écopé de cinq ans de prison et d’une amende d’environ 5 millions de F CFA. Cette même peine a été requise ce lundi 30 juillet par le procureur à l’encontre du maire de Dakar.

Khalifa Sall est un ancien dissident du Parti socialiste (PS) dont il en fut exclu fin 2017 pour « indiscipline ». Le Parti socialiste fait partie de la coalition au pouvoir et a décidé le week-end dernier de renouveler son soutien au président Macky Sall au cours de la présidentielle sénégalaise de février 2019.

La candidature de Khalifa Sall restera recevable temps que tous ses recours devant la Cour d’appel et  éventuellement la Cour suprême ne sont pas épuisés.

Le maire de Dakar en prison depuis mars 2017 crie au complot et a qualifié sa condamnation de « politique » qui viserait à lui barrer la route de la présidence sénégalaise.

La défense de Khalifa Sall s’accroche à l’arrêt de la Cour de la communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), rendu le 29 juin et qui a estimé que les droits du maire de Dakar, notamment à la présomption d’innocence et à un procès équitable, « ont été violés » et a jugé « arbitraire » sa détention entre la validation en août 2017 de son élection comme député et la levée de son immunité parlementaire, en novembre.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   Burkina24

Source: Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre