La fenêtre du coach | Se libérer du passé :  L’identité que nous portons est intimement liée à notre passé

55 0

Le passé fait référence à l’histoire, à ce qui a été vécu, à un moment qui s’est écoulé dans le temps. L’être humain est beaucoup tourné vers l’histoire. Il utilise tous les moyens possibles pour faire un retour lointain en arrière. Au travers d’un ensemble d’outils technologiques et scientifiques, il veut savoir ce qui s’est passé plusieurs millions d’années avant lui. La reconstitution de faits historiques ainsi que les informations qu’il tire sur le passé, lui ont permis de se développer rapidement et de gouverner le monde.

Aujourd’hui encore, quelques recherches scientifiques ont prouvé que dans nos gênes, sont inscrites des informations historiques vieilles de plusieurs milliers d’années. C’est peut-être ce pourquoi la grande majorité des individus est très dépendant de leur passé plus ou moins récent.  Notre identité est presqu’entièrement définie par notre passé : ce que nous avons connu, vécu, senti, touché, notre enfance, nos expériences, nos luttes, nos victoires et nos échecs passés.

Sans ce passé, l’être humain ressemblerait peut-être à un animal errant dans la savane, sans une information claire et précise sur ce qu’il est. Avez-vous remarqué la souffrance dans laquelle sont plongées les personnes totalement amnésiques, car se trouvant dans l’incapacité de se remémorer un quelconque événement déjà survenu ?

En clair, l’identité que nous portons semble intimement liée à notre vécu, nos expériences, notre passé.

Notre passé est toujours source de souffrance

Pourtant, pour entrer dans une pleine connaissance de soi et expérimenter la quiétude et la paix, nous devons apprendre, de manière consciente et volontaire, à vivre dans le présent. Se détacher du passé permet à l’individu de se libérer et vivre l’instant présent, le seul sur lequel nous pouvons agir.

Mais comment se détacher d’un passé enfermé depuis plusieurs années dans nos souvenirs et inscrit dans nos gênes ?

Se détacher du passé est bénéfique pour plusieurs raisons. En effet, dans l’océan des événements déjà vécus, on y trouve des moments de joie, de paix et de bonheur relatifs. Un succès éclatant à un examen, une adolescence menée dans l’insouciance et sans la peur du lendemain ou une première histoire d’amour semblable à un conte de fée. Mais pour une grande partie, ce passé rime aussi avec des souvenirs d’échecs, des conflits, des mauvais choix, des moments troubles, des séparations, des déchirements.

Quoiqu’il en soit, notre passé nous fait souvent souffrir. Son souvenir entraîne remord et apitoiement. Lorsque rejaillit même le souvenir des moments paisibles, ceux-ci provoquent nostalgie et désir faisant rapidement place au chagrin, au regret, à la souffrance. ‘’Ah, si seulement les choses pouvaient être comme avant!’’, disons-nous.

Sortis d’Egypte, les israélites comparent le moment présent au passé, puis se mettent à regretter les travaux pénibles, le fouet de l’esclavage et l’oppression de l’ennemi. C’est aussi ce rapport ambigu que nous entretenons tous avec notre passé. Qu’ils soient douloureux ou agréables, les souvenirs des moments passés nous font souffrir, d’une manière ou d’une autre.

Se libérer du passé

Il est donc nécessaire de se libérer de l’emprise du passé. Pour se faire, plusieurs pistes de solutions nous sont déjà proposées. Entre autres :

  • pardonner sept fois soixante-dix fois selon les paroles du Christ, rapportées dans la Bible
  • tendre la joue gauche
  • pratiquer la méditation
  • développer les techniques de concentration
  • pratiquer l’hypnose
  • etc

Ce sont là, des solutions en théorie efficaces les unes et les autres. Mais leur application se butte à la nature des individus que nous sommes. Combien sont capables de tendre la joue gauche après une bonne gifle reçue sur la joue droite?

Cependant, la solution face à la souffrance du passé consiste à considérer la vie comme un mouvement. Un mouvement naturel et programmé, constitué d’une succession d’événements, de saisons, de jours et de nuits, de difficultés et de joies, d’abondance et de pénuries. Les jours passent, les saisons s’enchaînent, l’abondance succède à la sècheresse et vice-versa.

Le secret se trouve dans la capacité à accepter la richesse et la pénurie, l’abondance et la faim, la joie et la peine comme le dit le disciple Paul. En d’autres termes, apprendre à accepter le mouvement de la vie et à vivre selon lui. Accepter ce mouvement de la vie, nous libère des luttes, des regrets, des remords, de la souffrance. Mais, cette acceptation est liée à une prise de conscience réelle de soi.

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Mali : Douze soldats tués

Posté par - 21 avril 2019 0
Les autorités militaires maliennes ont annoncé ce dimanche 21 avril qu’au moins 12 de leurs soldats ont été tués dans…