Kémi Séba aux Africains : « Nous ne sommes pas obligés d’aller mendier »

2653 8

« L’Afrique libre ou la mort » est le titre du livre présenté par Kémi Séba, activiste politique franco-béninois et principal porte-parole du Front anti F CFA. Il est à Ouagadougou depuis le lundi 20 août 2018 dans le cadre d’une tournée africaine. Ce livre, explique l’activiste, est une synthèse de son combat politique pour l’auto-détermination de l’Afrique, des pays francophones, qu’il mène depuis un certain nombre d’années avec son organisation, Urgences panafricanistes.

Dans sa tournée africaine, Kémi Séba était face à la presse burkinabè. Le combat que mène cet activiste politique pour l’auto-détermination de l’Afrique et plus particulièrement des pays francophones, l’a poussé à être emprisonné et à être interdit d’entrée dans plusieurs pays, notamment au Sénégal, en Guinée et plus récemment au Togo. Sur ces actes que l’activiste qualifie de « répression », il annonce qu’un pool d’avocats est déjà constitué pour une offensive judiciaire.

Mais revenant sur son ouvrage, le président de « Urgences panafricanistes », précise, et il l’a répété à maintes reprises, que son combat vise à lutter contre le néo-colonialisme globalement et non pas uniquement contre la monnaie, le F CFA. « Nous partons du principe que le F CFA est le bras armé monétaire d’un impérialisme beaucoup plus général qui est en train d’asphyxier nos populations ». Par ailleurs, selon Kémi Séba, dire non au F CFA ne signifie pas être contre les Français. « Je ne prône jamais la haine contre un Blanc », insiste-t-il.

« Le Burkina Faso malheureusement est l’une des terres les plus colonisées par les ONG occidentales aujourd’hui. A l’époque où Thomas Sankara était présent, ces ONG n’étaient pas là. Lorsqu’il a été assassiné, elles sont venues parce qu’elles ont compris que le peuple au Burkina Faso était un peuple extrêmement dangereux pour leurs intérêts ».  

Kémi Séba, le 22 août 2018, Ouagadougou

Dans son ouvrage présenté comme « un livre boussole pour les générations futures », poursuit-il, l’auteur rappelle que les différents aspects du combat contre le néo-colonialisme doivent pousser les Africains à être dans une démarche de justice sociale pour les populations précarisées alors qu’elles sont sur les terres immensément riches. « C’est un combat contre la mal gouvernance parce qu’il ne peut pas y avoir d’auto-détermination si nous sommes gouvernés par  des corrompus. C’est un combat contre la prédation, contre la spoliation des élites exogènes donc françaises et souvent occidentales de manière générale », dit-il.

Aussi poursuit-il, une civilisation est détruite par l’extérieur que si elle est rongée de l’intérieur. « On peut condamner mille ans, le colon ou le vautour français et je le ferai jusqu’à ce qu’on me tue. Mais la condamnation du vautour français n’aura aucun intérêt si nous ne combattons pas non plus la dérive et la corruption de nos élites endogènes » soutient Kémi Séba.

Dans cette perspective, le président de « Urgences panafricanistes » informe que le Front anti F CFA se montrera très présent dans les échéances électorales qui se profilent dans plusieurs pays d’Afrique francophone. « Nous allons soutenir les différentes élites africaines qui sont dans une démarche d’auto-détermination et si nous n’en trouvons pas, nous ferons en sorte de présenter nous-mêmes nos candidats issus de la société civile », assure l’activiste politique.

Vidéo – Suivez en intégralité, le prêche de Kémi Séba

Kémi Séba aux Africains : « Nous ne sommes pas obligés d’aller mendier »

Kemi Seba à Ouagadougou Lire ici 👇👇👇👇https://burkina24.com/2018/08/22/kemi-seba-aux-africains-nous-ne-sommes-pas-obliges-daller-mendier/Dans le cadre de sa tournée africaine placée sous le thème « L'Afrique libre ou la mort », l'activiste politique Kemi Seba est à Ouagadougou. Actuellement, sa rencontre avec la presse burkinabè. www.burkina24.com #Burkina #lwili

Gepostet von Burkina 24 am Mittwoch, 22. August 2018

Burkina 24

Des questions liées au financement de ses tournées ont été abordées. Le combat peut être financé de manière endogène, répond Kémi Séba. « Nous ne sommes pas obligés d’aller mendier », dit-il avant de préciser que ses actions sont accompagnées financièrement par plusieurs personnes dont des footballeurs. A ce titre, Kémi Séba, entre autres, cite Nicolas Anelka et Demba Ba.

« Il y a (aussi) bon nombre de footballeurs en activité. Si je donne leur nom, ils vont peut-être se retrouver sur les bancs de touche », a-t-il fait savoir. Aussi, l’activiste note qu’il « ne peut plus ouvrir de compte bancaire » parce que dit-il, les autorités françaises l’ont présenté comme « une personne qui recevrai de l’argent pour le financement d’actions terroristes ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Il y a 8 commentaires

  1. Le combat,oui le combat!!la condition pour sauver l’afrique est d’avoir une JEUNESSE AFRICAINE qui pense AFRICAIN.cela doit ètre notre premiere mission pour la liberation de l’afrique.liberons notre mental,ainsi nous libererons l’afrique.cessons de chanter que l’afrique est pauvre,que nous ne pouvons rien,non!!!l’afrique est riche et très mais c’est nous qui sommes pauvres dans noa esprits,nos muscles et nos coeurs.liberons l’energie qui eat en nous et le reste du monde tremblera.l’occident n’a pas interèt que l’afrique se lève car si elle se lève,l’occident tombe.nos dirigeants,nos intellectuels nous mentent.nous ne sommes ni pauvre ni en retard!!!ceux qui sont puisants aujourd’hui en ont mis combien de temps et relisez leur histoires.ils ont été barbare et voire pire que les animaux de la jungle.entre eux et nous il n’y a pasbde comparaison pour definir un retard!!alors cessons ce vacarme et reflichissons.nous avons une seule et unique chose a faire en tant que jeunes,africains:C’EST de prendre CONSCIENCE que Dieu nous a tout donné et c’est à nousvde faire le reste.
    Chassons ceux qui baillonne leurs peuple et metons l’afrique en marche vers l’avenir.le burkina l’a fait mais le peuple a commis une ereure:il a su ce qu’il voulait sans savoir ce qu’il fallait faire,alors il a avancé sans avancer.l’afrique doit faire parler d’elle et ce a travers une jeunsse consciente et battante.
    Vive la lutte
    Vive la jeunesse
    Vivre l’afrique libre.

  2. L’afrique a mal,plus de la peau blanche mais de celle noire.nous une elite bureaucratique qui,dont nous savons comment elle vient au pouvoir, n’a aucun sens de la dignité intellectuelle.le combat pour une afrique nouvelle est la notre,le combat de la jeunesse.le culte de la personnalité que cultives nos dirigeants doit cesser. A.D.O a promis au petit francais(macron) d’elargir la zone cfa,on verra.la premiere bataille que nous nous devons de remporter est velle de l’eveil de la conscience des jeunes.le combat seul liberera l’afrique.on dit que nous somme pauvre,mensonge!!les richesses qui sont exploitées et dont on comptabilise dans nos PIB virtuels,ces dirigeants qui se font les milliards par second sur le dos des peuples,etc.si cela cessait,on saura qu’il y a de mettre toute l’afrique dans l’abondance.Montesquieu dans esprit des lois nous dit que le droit et les loi sont relatives a tout peuple(ses moeurse,habitude,culture,etc) et que c’est un grand hasard si lea droits d’un peuple venaient à vonvenir à un autre.pour dire que nous devons redefinir nos lois et droit confirmement a notre societé en vu de cultiver ce que montesquieu appelle la VERTUE POLITIQUE.Nous avons de quoi ètre les rois de ce monde si nous osons nous battre pour inventer l’avenir.Vive l’afrique,vive la jeunesse,Vive le combat pour l’afrique libre.

  3. Seul la lutte libère, mon frère tu as notre soutien. La jeunesse africaine te souhaite beaucoup de courage

  4. Le combat,oui le combat!!la condition pour sauver l’afrique est d’avoir une JEUNESSE AFRICAINE qui pense AFRICAIN.cela doit ètre notre premiere mission pour la liberation de l’afrique.liberons notre mental,ainsi nous libererons l’afrique.cessons de chanter que l’afrique est pauvre,que nous ne pouvons rien,non!!!l’afrique est riche et très mais c’est nous qui sommes pauvres dans noa esprits,nos muscles et nos coeurs.liberons l’energie qui eat en nous et le reste du monde tremblera.l’occident n’a pas interèt que l’afrique se lève car si elle se lève,l’occident tombe.nos dirigeants,nos intellectuels nous mentent.nous ne sommes ni pauvre ni en retard!!!ceux qui sont puisants aujourd’hui en ont mis combien de temps et relisez leur histoires.ils ont été barbare et voire pire que les animaux de la jungle.entre eux et nous il n’y a pasbde comparaison pour definir un retard!!alors cessons ce vacarme et reflichissons.nous avons une seule et unique chose a faire en tant que jeunes,africains:C’EST de prendre CONSCIENCE que Dieu nous a tout donné et c’est à nousvde faire le reste.
    Chassons ceux qui baillonne leurs peuple et metons l’afrique en marche vers l’avenir.le burkina l’a fait mais le peuple a commis une ereure:il a su ce qu’il voulait sans savoir ce qu’il fallait faire,alors il a avancé sans avancer.l’afrique doit faire parler d’elle et ce a travers une jeunsse consciente et battante.
    Vive la lutte
    Vive la jeunesse
    Vivre l’afrique libre.

  5. L’afrique a mal,plus de la peau blanche mais de celle noire.nous une elite bureaucratique qui,dont nous savons comment elle vient au pouvoir, n’a aucun sens de la dignité intellectuelle.le combat pour une afrique nouvelle est la notre,le combat de la jeunesse.le culte de la personnalité que cultives nos dirigeants doit cesser. A.D.O a promis au petit francais(macron) d’elargir la zone cfa,on verra.la premiere bataille que nous nous devons de remporter est velle de l’eveil de la conscience des jeunes.le combat seul liberera l’afrique.on dit que nous somme pauvre,mensonge!!les richesses qui sont exploitées et dont on comptabilise dans nos PIB virtuels,ces dirigeants qui se font les milliards par second sur le dos des peuples,etc.si cela cessait,on saura qu’il y a de mettre toute l’afrique dans l’abondance.Montesquieu dans esprit des lois nous dit que le droit et les loi sont relatives a tout peuple(ses moeurse,habitude,culture,etc) et que c’est un grand hasard si lea droits d’un peuple venaient à vonvenir à un autre.pour dire que nous devons redefinir nos lois et droit confirmement a notre societé en vu de cultiver ce que montesquieu appelle la VERTUE POLITIQUE.Nous avons de quoi ètre les rois de ce monde si nous osons nous battre pour inventer l’avenir.Vive l’afrique,vive la jeunesse,Vive le combat pour l’afrique libre.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *