Lianhoué Imhotep Bayala : « Un peuple d’affamés ne développe pas un pays »

11 2

Serge Bayala à l’état civil se fait appeler depuis 2015, Lianhoué Imhotep Bayala. Un désir de rebaptême qui s’allie, selon l’activiste panafricain, à son combat pour le retour aux sources, « à l’identité africaine ». Dans les locaux de Burkina 24, le jeudi 23 août 2018, Lianhoué Imhotep Bayala qui est l’un des co-fondateurs du mouvement de la société civile  »Deux heures pour nous, Deux heures pour Kamita » nous entretient sur le sens du combat du mouvement et des actions que les membres mènent pour le renouveau de l’Afrique. Lianhoué Imhotep Bayala poursuit ses études en master II en prévention de crise et gestion de la paix sociale et en master en littérature et culture africaine.

Burkina 24 (B24) : Avant, votre mouvement se dénommait  »Deux heures pour nous, Deux heures pour l’Afrique », mais rebaptisé maintenant  »Deux heures pour nous, Deux heures pour Kamita ». Pourquoi ce changement ?

Lianhoué Imhotep Bayala (Lianhoué) : Nous sommes dans une démarche d’apprentissage et au moment où on appelait notre mouvement  »Deux heures pour nous, Deux heures pour l’Afrique », on n’avait pas la pleine conscience que même la dénomination ‘’Afrique’’ n’était pas originelle des Africains eux-mêmes. C’est un nom gréco-latin.

Et en lisant des documents comme ceux de Cheikh Anta Diop, nous découvrirons que le continent africain s’était bel et bien donné un nom. Les Africains s’appelaient des Kémètes, ce qui veut dire ‘’la terre des hommes aux visages cramés’’ ou simplement ‘’la terre des hommes noirs’’. Nous pensons qu’entre le baptême du bourreau et le baptême donné par nos pères, le choix est naturel.

B24 : Votre mouvement s’est fait aussi remarquer en débaptisant le Boulevard Charles De Gaulle et en le rebaptisant Boulevard Thomas Sankara. Quelle suite a été donnée à cette action ?

Lianhoué : Notre intention symbolique demeure dans la tête des citoyens burkinabè. La suite que nous lisons dans les comportements des citoyens, c’est une intégration progressive de cela. Jusqu’aujourd’hui, les écriteaux restent, que ce soit les plaques qu’on a changées ou sur le bitume. Nous avons constitué une pétition avec laquelle nous entendons que l’autorité communale puisse répondre favorablement à cette invite de la jeunesse burkinabè qui veut décoloniser sa propre mentalité.

Nous ne pouvons être un peuple qui aspire aller très loin avec des imaginaires chargés de sang, de honte. Souvenez-vous que c’est un héritage colonial et nous ne pouvons pas gagner le maximum de nos concitoyens si leur imaginaire est pris en otage par nos tortionnaires d’hier. Et nous disons que, de la même manière que la France et tout légitimement doit se refuser des Boulevards Hitler à Paris, il est indécent que nous, nous ayons des Boulevards Charles De Gaulle au Burkina Faso.

Nous ne sommes pas dans un combat de déni. Nous sommes dans un combat de restauration des mémoires positives des hommes qui ont galvanisé l’humanité.

Macron à l’UO : « L’Afrique, ce jour, a été une fois de plus honnie »

B24 : Cette action symbolique a coïncidé avec l’arrivée du Président Macron à l’Université de Ouagadougou. L’accès à la salle vous a été refusé. N’est-ce pas votre manifestation assez bruyante qui en est la cause ?

Lianhoué : Non ! La manifestation n’était pas bruyante. Il faut faire une décantation parce qu’il y a eu deux types de mouvement. Nous avons débaptisé le boulevard et c’était notre action principale. Le jour où on était vers la Présidence de l’université, les gens qui y étaient noteront que nous avons gardé notre résistance avec une grande discipline.

Par contre, il y avait un autre groupe dont nos camarades et frères des syndicats de l’ANEB qui avaient créé aussi leur front vers la station OTAM. Il est bien de situer la diversité des groupes et la diversité des actions dont se prévalait chaque groupe pour pouvoir se faire entendre.

Pour ce qui nous concerne, nous avons symboliquement débaptisé le boulevard tout en maintenant notre acharnement à avoir accès à la salle pour espérer redorer le blason ou faire un sauvetage lorsque nos frères s’étaient révélés incapables de lire même des questions copiées sur des feuilles. L’Afrique, ce jour, a été une fois de plus honnie. Ceux qui devaient être dans la salle n’étaient pas là.

B24 : L’une des autres actions de votre mouvement est l’acquisition d’un champ collectif de 6 ha à Kyon dans le Sanguié. Comment cette acquisition a eu lieu et qu’est-ce qui sous-tend l’idée ?

Lianhoué : 2013 – 2016, notre mouvement avait trois ans d’existence. En trois ans, nous avons passé notre temps à dire aux gens de changer de mentalité. Nous avons dit aux gens qu’il faut qu’ils se responsabilisent, nous avons dit aux gens qu’on ne devait plus importer. Mais à un moment donné, il faut que celui qui parle soit conscient que sa parole doit être transformée en action.

On s’est dit, si les trois ans à venir, nous restons toujours dans ce même registre à dire que ‘’ça ne va pas, le gouvernement ne fait rien, il y a la famine, on ne veut pas être envahi par les ONG, on ne veut pas être envahi par les multinationales’’, on sera envahi. On s’est dit, retournons à la terre, posons des actions concrètes, ça peut aider à rendre cohérent notre désir de voir l’Afrique capable de s’assumer, l’Afrique qui quitte les carcans de l’humiliation.

Notre désir est de changer le visage de l’Afrique et dire aux populations que si nous voulons manger à notre faim, il faut que nous travaillons nous-mêmes. Il ne faut pas dire aux gens de changer sans soi-même mettre la main à la pâte. Pour l’acquisition, nous avons juste exploré au sein de nos membres si, à travers les parents au village, il y a une famille qui est prête à nous donner des terres pour mettre en valeur. C’est ainsi qu’on a eu le champ à Kyon.

Vidéo – « Tous les éduqués de la nation ne sont pas contraints de porter des cravates »

Le mouvement  »Deux heures pour nous, Deux heures pour Kamita » s’est décidé à retourner, pour donner l’exemple, à l’exploitation de la terre. Selon Lianhoué Imhotep Bayala, chez « l’intellectuel africain, le sentiment de paysan est le sentiment de la honte (…). Quand tu lui dis de repartir au champ, c’est comme si tu l’incitais à redevenir sauvage. On a créé en lui une éducation de la haine de ses propres racines ».

Burkina 24

B24 : Peut-on s’attendre qu’un jour votre mouvement s’érige en parti politique pour mieux valoriser ses idées ?

Lianhoué : Nous lançons une invite aux ainés qu’ils soient des partis politiques ou de la société civile. Nous disons que c’est bien la théorisation des questions politiques politiciennes, mais il faut souvent savoir prendre en compte les réalités quotidiennes des citoyens. Ça ne sert à rien de se quereller autour des élections, ça ne sert à rien de passer son temps à se quereller sur des articles alors que personne ne sait comment les populations se nourrissent au quotidien, comment elles se soignent au quotidien.

Pour nous, aller à la conquête du pouvoir politique nous parait comme un défi de génération. Nous sommes encore dans une phase d’éducation, d’accumulation d’aptitudes, de savoirs, de maitrise de la cartographie politique du pays. Mais nous ne nous écartons pas d’un projet de devenir un jour des acteurs politiques au sens pur du terme dans la gouvernance de l’Etat. Donc, on ne diabolise pas les responsabilités étatiques. Pour nous, c’est d’ailleurs le meilleur raccourci pour faciliter les tâches que nous faisons.

B24 : Revenons à l’actualité. Kémi Séba est à Ouagadougou. Que pensez-vous de son combat ?

Lianhoué : C’est un combat qui redonne du souffle au panafricanisme. C’est un combat qui replace des débats très importants sur le néo-colonialisme, la France-Afrique et tous les maux qui minent le continent et je pense que c’est une plus-value au regard de l’aura qu’il a et de la justesse des mots qui sont lancés.

Il est l’un des acteurs qui a réussi à amener le débat sur le F CFA à un autre niveau plus populaire et amener chaque citoyen où qu’il soit à se rendre compte qu’un pays souverain ne peut pas utiliser une monnaie qu’il ne conçoit pas lui-même, qu’il ne contrôle pas lui-même. Aujourd’hui, le F CFA a 76 ans. C’est la vie d’un homme. Et à cet âge, on permet à un adulte de s’assumer. L’indépendance ne doit pas être un vocable vide. Ça doit pouvoir être des actions aussi concrètes. Nous sommes le seul peuple au monde qui croit à la charité.

B24 : Dans les discours de beaucoup de panafricanistes, l’opprobre est jeté sur l’occident et les gouvernants. Mais ne pensez-vous pas que le peuple, le citoyen individuellement pris est également responsable du sous-développement des pays africains ?

Lianhoué : Si on fait l’erreur permanente de continuer de dire que c’est 22 personnes, c’est 32 personnes qui font que le pays va mal, sans avoir le courage de faire notre propre autopsie en tant que cadavre social pour voir quelle partie de notre corps est pourrie et aide à créer un climat malsain dans la cité, on va rater l’essentiel.

Aujourd’hui, il ne faut pas seulement focaliser la somme de nos échecs sur les élites dirigeantes. Si nous le faisons, nous allons nous-mêmes, à l’épreuve du pouvoir, nous rendre compte, au même moment qu’on exigeait des élites un comportement exemplaire, qu’il aurait fallu avoir la même rigueur absolue sinon doublement absolu par rapport à la grande majorité dont le caractère indiscipliné force l’admiration au sous-développement.

Je suis de ceux qui pensent qu’il ne faut en aucun moment concéder à une irresponsabilité des élites, à une irresponsabilité de l’oligarchie occidentale, mais en même temps, celui qui pense qu’il ne faut pas manquer de vue la responsabilité du citoyen à occasionner son propre sous-développement. Il y a assez de comportements indiciaires sur cela. Quand il y a des inondations, on se plaint. Mais ces mêmes gens ne se voient pas tous les jours en train de bourrer les caniveaux avec leur comportement incivique.

B24 : Pour terminer, quel regard jetez-vous sur le débat politique qui, ces derniers temps, s’est focalisé sur le Code électoral ?

Lianhoué : Le citoyen chez le politicien ne doit pas exister que pour le besoin de son vote. Il doit exister en tant que humanité. Lorsqu’il y a eu les inondations à Abidjan, quel politicien a levé la main pour se poser la question ‘’est-ce qu’il y a des Burkinabè dedans ? Combien sont-ils ? Qu’est-ce qu’on fait pour eux ? ’’ Personne n’a posé cette question (…). 

Aristide Bancé a fait combien de vidéos pour dénoncer le traitement animalier des Noirs et des Burkinabè spécifiquement au Maghreb ? Quel politicien a pris la parole pour dire que Aristide Bancé mérite un traitement humain ?

Burkina 24

Propos recueillis par Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).
.

Il y a 2 commentaires

  1. Et pourtant, l’histoire a montre que ce sont les peuples affames qui conscient de leur situation chaotique ont travaille dur pour developer leur pays.

  2. Et pourtant, l’histoire a montre que ce sont les peuples affames qui conscient de leur situation chaotique ont travaille dur pour developer leur pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre