Accès à l’eau et à l’assainissement dans la Boucle du Mouhoun : Dédougou et Nouna se donnent la main

L’association Salaki, en partenariat avec le Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG) a organisé du 29 au 30 août 2018 à Dédougou, une formation sur les techniques de veille et de contrôle citoyen basées sur les droits humains à l’eau et à l’assainissement. Les 30 participants à cet atelier venus de Dédougou et de Nouna sont désormais aptes à mener le plaidoyer auprès des gouvernants et à interpeller ces derniers sur les questions liées au secteur de l’eau et de l’assainissement.

« L’eau est une denrée rare dans la zone de Nouna. Il y a moins de points d’eau potable et en plus l’accès est difficile. Les promesses faites par les gouvernants n’ont pas toujours été exécutées. A cela se joint le problème d’assainissement. Des systèmes de canalisation des eaux de pluies et des eaux usées sont inexistants. La plupart des puits sont au raz de sol. L’eau qui ruisselle entre dans ces puits et ce sont ces puits qui fournissent l’eau à la majorité de la population. La majeure partie des habitants utilisent encore des toilettes traditionnelles par manque de puisard. Les eaux des toilettes et de vaisselle ruissellent dans les rues et cela cause un véritable problème de santé publique ». La problématique liée à l’eau et à l’assainissement dans la commune de Nouna est ainsi décrite à la lettre par un participant à l’atelier, Amadé Sawadogo, président de l’association Songgaaba. Une réalité qui s’apparente à celle de Dédougou.

D’ici 2030, cette tendance doit s’inverser. C’est du moins ce que prévoit l’Objectif de développement durable lié à l’eau (ODD6). Pour ce faire, les différents acteurs se mobilisent. D’où cet atelier de Dédougou voulu par l’association Salaki. La formation qui s’est déroulée au siège de l’association sus citée a regroupé 15 responsables d’OSC de Nouna et 15 autres de Dédougou. Ladite formation s’est articulée essentiellement autour des techniques de veille et de contrôle citoyen basées sur les droits humains à l’eau et à l’assainissement.

L’accès à l’eau et à l’assainissement, un droit

Roukietou Ouédraogo, qui a assuré la formation, a précisé que cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la mission Fas’Eau, portée par l’ONG ISE en consortium avec Wateraid. L’objectif étant de renforcer les capacités des OSC pour la promotion du droit à l’eau et à l’assainissement.  Ils pourront, sur la base des connaissances acquises, initier des actions envers les autorités pour trouver des réponses  aux préoccupations en matière d’eau et d’assainissement.

Ce projet est soutenu par l’ambassade du Danemark en collaboration avec Oxfam.  « C’est une initiative d’un projet intitulé  »projet d’appui à  l’émergence d’une veille et d’un contrôle citoyen pour le droit à l’eau  dans la Boucle du Mouhoun, qui vise à mettre ensemble un certain nombre d’organisation de la société civile des communes de Dédougou et Nouna pour agir sur la question de l’eau et l’assainissement. Ils pourront  aller en dialogue avec les autorités locales en vue de les interpeller sur les défis en lien avec le secteur de l’eau et de l’assainissement. Les communautés doivent comprendre que l’accès  à l’eau et à l’assainissement est un droit qu’il peuvent revendiquer »,  a indiqué Roukietou Ouédraogo.

Au cours de ces deux jours de formation, plusieurs modules ont été développés Les travaux ont pris fin avec la cérémonie d’installation du comité de  veille de la Boucle du Mouhoun.

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page