Procès putsch: « Mon client est une petite main qui a été utilisée »

520 0

Le Lieutenant Ouattara Philippe a déroulé son calendrier durant le coup d’Etat ce mardi 4 septembre 2018 à la barre du Tribunal militaire. Ce Commandant de la 3e Compagnie a été félicité par le Parquet pour la constance de son récit. Mais, le Ministère public et les Parties civiles restent toutefois perplexes quant aux dires de l’accusé.

L’Officier militaire, Ouattara Philippe, est poursuivi pour les faits de complicité d’attentat à la sureté de l’Etat, meurtres, coups et blessures volontaires et incitation à commettre des actes contraires à la discipline. Il ne reconnaît pas les griefs portés contre lui. Il s’explique.

Le 16 septembre 2015, le sport prévu pour ce jour a été annulé. Egalement, il avait un « souci familial », sa mère souffrait de maladie. Après plusieurs courses, il serait finalement arrivé au camp vers 16h car il y avait une information selon laquelle « ça bouge à Ouaga 2000 ».

Le prévenu tente alors de vérifier cette information. Mais, coïncidence troublante, dans la matinée, il a été chargé par le Capitaine Zoumbri le 17 septembre d’aller vérifier s’il y a des manifestants à la Place de la Nation. Il s’exécute avec l’aide de six autres éléments du RSP.

« Nous étions munis de nos dotations habituelles. Kalachnikov, PA, munitions, cordelettes. Arrivés à la Place de la Nation, nous n’avons vu personne. Mais, vers la BCEAO, nous avons aperçu un pneu qui brûlait. J’ai appelé le Capitaine Zoumbri. Il a ordonné d’éteindre le feu et de rejoindre le camp. Nous n’avons effectué aucun tir, ni rencontré des manifestants », foi de l’accusé qui dit avoir rendu compte à son supérieur.

« Il relate les faits comme si c’était hier »…

Dans la soirée du 17 septembre, le prévenu a reçu une seconde mission. Cette fois-ci, il la confie au Sous-Lieutenant Traoré Seibou. « Ils sont allés à la Place de la Nation pour vérifier s’il y a des attroupements. Revenus vers 17h, ils ont fait le même constat. Pas de manifestants », ajoute-t-il. Telles sont là les missions principales exécutées par le Lieutenant Ouattara Philippe.

Le Parquet a tenu à féliciter le prévenu pour la clarté de son récit. « Il relate les faits comme si c’était hier », note un parquetier. Mais, l’accusé ne sera pas épargné des questions du Ministère public qui estime qu’il était plutôt chargé de disperser d’éventuels manifestants. Son avocat vient à sa rescousse.

« Mon client est une petite main qui a été utilisée », soutient Maître Mamadou Sombié. L’avocat de la défense n’apprécie pas que le Procureur demande à son client de développer des arguments qu’il n’a pas avancés. Il menace même de quitter la salle si cela persiste. Après quelques séances d’échanges, le Président du Tribunal rétablit l’ordre.

Le Parquet, pour terminer, a fait comprendre que l’accusé pourrait bénéficier de circonstances atténuantes, bien que la plupart des faits à lui reprochés soient fondés. Maître Prosper Farama, avocat des Parties civiles, retient pour sa part que l’accusé était bel et bien au courant du putsch fomenté par l’ex-RSP. La question sera encore débattue lors des plaidoiries et des réquisitions.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre