Marche du 29 septembre 2018 : L’opposition se prépare

1640 0

L’opposition politique se prépare pour la marche-meeting du 29 septembre 2018. La première qu’elle organise depuis l’avènement de Roch Marc Christian Kaboré à la tête du Burkina Faso, en fin 2015.

A la tête du comité national d’organisation, le Secrétaire général de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Rabi Yaméogo. Il est secondé par Boubacar Sanou, Secrétaire à l’organisation du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

L’itinéraire de la marche est connu. Il est le même que celui qui avait été suivi lors des manifestations contre la mise en place du sénat en 2013 et le référendum en 2014 : Place de la Nation- Avenue du Médiateur – Avenue Gamal Abdel Nasser- Avenue Monseigneur Thevenoud Joanny- Avenue de la Cathédrale – Avenue Dr. Kwamé N’Krumah – Rond-Point des Nations Unies – Avenue de la Nation et Place de la Nation. 

Autorisée

Contrairement à la marche du 23 août 2014, qui avait connu des résistances de la part du maire central de Ouagadougou, l’actuel bourgmestre, Armand Pierre Béouindé, a accordé l’autorisation aux opposants de battre le macadam, à en croire une source proche de l’opposition. 

En plus des questions d’organisation pratique et de sécurité, les opposants veulent aussi ratisser large. Une rencontre a eu lieu ce 21 septembre 2018 avec l’Union d’action syndicale à la Bourse du travail. La situation nationale est au menu. La marche du 29 septembre 2018 aussi. 

Enfin, la manifestation ne se concentrera pas que sur Ouagadougou et le Burkina. La diaspora est aussi mise à contribution. Des manifestations sont ainsi prévues précisément en Côte d’Ivoire, où les représentants de l’opposition devraient également se faire entendre, ce jour-là.

A noter que le Chef de file de l’opposition politique Zéphirin Diabré, a assuré que la sécurité régnera, précisant toutefois que si trouble il y a, ce sera de la faute de la majorité présidentielle. Même si celle-ci, du moins selon ce que ses premiers responsables disent publiquement, semble vouloir reléguer cette marche au rang des épiphénomènes. «Ça ne nous regarde pas », tel avait été le commentaire du président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès,  Simon Compaoré, le 14 septembre 2018

Burkina24


Photo : Marche de l’opposition politique contre le référendum constitutionnel le 23 août 2014



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *