Badminton : Un stage international pour renforcer les capacités des acteurs

1158 2

La Fédération burkinabè de badminton a organisé du lundi 24 au mardi 25 septembre 2018 un stage international de formation de jeunes badistes en collaboration avec l’Association Francophone de Badminton (AFB) et la Confédération africaine de badminton. Cette formation a été sanctionnée par une compétition remportée par le Ghana.

           Les Burkinabè ont pu rehausser leur niveau pendant ce stage

Le Burkina Faso vient de rejoindre la famille du badminton africain. Et petit à petit, la fédération met en place un programme pour élargir la base de la pratique de cette discipline et renforcer les capacités des acteurs. C’est ce qui explique l’organisation d’un stage international à Ouagadougou. 37 stagiaires dont 29 badistes et huit coachs venus du Bénin, du Burkina, de la Côte d’ivoire, du Ghana, du Mali et du Niger ont pris part à cette formation. Le stage a concerné essentiellement les entraîneurs débutants.

Rehausser le niveau des entraîneurs

« Ce genre de compétitions est nécessaire dans les regroupements. (…) Les joueurs ont fait au maximum 12 matchs. Ce qui est bien. Ils ne sont pas habitués à ça », a expliqué Olivier Bime, directeur de l’Association francophone de badminton (AFB). Il a assuré cette formation avec des experts venus du Togo et de la Côte d’ivoire. Selon lui, l’objectif  de cette formation est le perfectionnement des entraîneurs afin qu’ils atteignent le niveau 1 de la fédération internationale de badminton.

Des pays comme la Côte d’Ivoire sont pour le moment en avance sur le Burkina dans la pratique du badminton

« Nous avions besoin d’avoir des entraîneurs formés. Nous avons des joueurs qui avaient un certain niveau mais qui n’avaient pas eu l’occasion d’affronter des badistes d’un niveau supérieur », explique le Président de la Fédération burkinabè de badminton, Pamoussa Zongo, qui pense que la confrontation avec les badistes de Côte d’Ivoire et du Ghana plus expérimentés a permis aux coachs et aux badistes de relever leur niveau.

En plus de cela, la fédération burkinabè de badminton et l’AFB ont organisé une formation de shuttle time pour vulgariser le badminton au Burkina Faso, notamment au niveau scolaire. C’est le Ghana qui est sorti vainqueur de la compétition devant la Côte d’Ivoire et le Burkina.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. SUPER! de mon point de vu, le badminton est un sport très aimé par les enfants mais reste moins connu! et il va falloir que le ministère en charge des sports et des loisirs met à la disposition des Etablissements publics au moins un terrain de badminton a commencé bien sur par les centres urbains. Et que nos quelques entraîneurs formés du coté de chacun oeuvre avec volonté sans priorisé l’argent, pour l’Evolution du badminton. c’est seul dans cet esprit de bénévolat que le badminton a l’image de la France deviendra le sport le plus pratiqué en milieu scolaire. Nous pouvons bien travailler à la vulgarisation de cette discipline si nous avons la volonté, quand bien même le matériel fait défaut.

  2. SUPER! de mon point de vu, le badminton est un sport très aimé par les enfants mais reste moins connu! et il va falloir que le ministère en charge des sports et des loisirs met à la disposition des Etablissements publics au moins un terrain de badminton a commencé bien sur par les centres urbains. Et que nos quelques entraîneurs formés du coté de chacun oeuvre avec volonté sans priorisé l’argent, pour l’Evolution du badminton. c’est seul dans cet esprit de bénévolat que le badminton a l’image de la France deviendra le sport le plus pratiqué en milieu scolaire. Nous pouvons bien travailler à la vulgarisation de cette discipline si nous avons la volonté, quand bien même le matériel fait défaut.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *