“Hama Arba Diallo nous a quittés il y a déjà quatre ans !”

183 4

Ceci est une déclaration du PDS/Mètba à l’occasion des 4 ans du décès de Arba Diallo.

Il y a déjà quatre (4) ans que Hama Arba Diallo, alors Président du PDS/METBA, nous a quittés, dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2014. A l’occasion de ce triste anniversaire, le PDS/METBA voudrait une nouvelle fois rendre hommage au dirigeant émérite qu’il fut pour son parti, au maire dynamique qui a changé la physionomie de sa ville natale Dori, à l’homme politique, au diplomate et au fonctionnaire international enfin qu’il a été, pour son pays et pour l’Afrique.

Hama Arba Diallo, que sa famille appelait « Nassourou », que beaucoup de ses camarades surnommaient « Ho-Chi-Minh », ou encore « Excellence », est né à Dori le 23 mars 1939 d’un père fonctionnaire, Aladiogo Arba Diallo, qui s’était illustré dans la lutte pour la reconstitution de la Haute-Volta, supprimée par l’administration coloniale en 1932 et qui ne devait réapparaitre qu’en 1947.

Après des études primaires à Ouagadougou, des études secondaires dans la même ville et à Bobo-Dioulasso, titulaire du baccalauréat en 1962, il a entamé ses études supérieures aux Etats-Unis, à New-York notamment. C’est à Genève en Suisse qu’il les achève, à l’Institut des Hautes études Internationales.

Rentré des études en 1965, Hama Arba Diallo est intégré la même année dans la Fonction publique, au Ministère des Affaires étrangères. Il exercera alors des responsabilités aux ambassades de son pays, à Washington, à Lagos avant de devenir le Directeur du Bureau des Nations Unies pour le Sahel (UNSO). La Révolution d’Août 1983 en fera durant sa première année, son Ministre des Affaires étrangères, avant de l’incarcérer pour cause de divergences politiques (1984-1985) puis de le nommer conseiller du Président du Faso. Sous le Front populaire, il sera nommé Ambassadeur auprès de la République Populaire de Chine en 1988, avant d’être brutalement rappelé de ce poste en 1989. En 1990, il demandera sa mise à la retraite anticipée, et entamera alors une carrière de fonctionnaire international. En 1993, il sera nommé Secrétaire exécutif de la Convention des Nations-Unies contre la désertification (UNCCD), poste qu’il gardera jusqu’à sa retraite en 2006.

Mais dès 1966, il avait pris la carte de militant du Parti Africain de l’Indépendance (PAI), encore clandestin, qui ne sera légalisé qu’en 1991. En 2002, il dirige la liste du PDS (liste d’union) pour la région du Sahel aux élections législatives. Une fois élu, il démissionnera pour laisser siéger son suppléant. Il sera réélu successivement en 2007 et en 2012, comme député de ce parti pour la province du Seno.

Conseiller municipal de Dori, il deviendra Maire de la commune en 2006 et à nouveau en 2012. En 2010, il fut candidat à l’élection présidentielle, au titre des partis de la Coalition des forces progressistes. Il sera classé deuxième à l’issue du scrutin.

Lors de la fusion en mars 2012, des partis FASO METBA, LCB, PAI et PDS, il sera appelé à la présidence du nouveau parti, le PDS/METBA. Au titre de ce dernier, il sera élu à nouveau Député et Maire de Dori, lors des élections couplées de décembre 2012. Sous la conduite éclairée de feu Arba Diallo, la commune de Dori a atteint en l’espace de cinq ans (2006- 2011) un taux de couverture d’eau potable de 100% dans la zone urbaine et de plus de 60% en milieu rural, le taux d’accès à l’assainissement dans la ville étant estimé à 47%.

Le PDS/METBA étant un membre actif du CFOP, Hama Arba Diallo fut un proche compagnon du chef de file et des autres leaders de l’opposition, engagés dans la lutte contre la révision constitutionnelle voulue par le Chef de l’Etat de l’époque, Blaise Compaoré. Le 31 mai 2014, au meeting du CFOP, au Stade du 04 août, Arba Diallo, prenant la parole au nom du CFOP, brandissait symboliquement, à l’encontre de Blaise Compaoré, un « carton rouge » pour son obstination à vouloir modifier l’article 37 de la Constitution !

Son décès brutal le 1er octobre 2014 l’empêchera de voir la chute du régime de Blaise Compaoré intervenue un mois plus tard à la suite de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014. A son enterrement qui a eu lieu le 03 octobre dans son village natal de Selbo (Dori), l’Assemblée nationale, le Gouvernement, l’Association des municipalités du Burkina, les ambassadeurs de nombreux pays, les institutions internationales, les partis politiques de l’opposition et de la majorité, la société civile, étaient représentés au niveau le plus élevé, pour lui rendre hommage. Une forte délégation de ses amis du Niger, conduite par le Ministre des affaires étrangères de ce pays, y était aussi présente.

C’est donc cet homme, qui a connu une carrière professionnelle riche et complète, malgré des vicissitudes politiques, qui a occupé des responsabilités politiques de premier plan, qui a obtenu des succès remarquables comme diplomate, comme Ministre, comme dirigeant d’institutions internationales et comme Maire de la commune urbaine de Dori, qui nous a quitté sans prévenir, le 1er octobre 2014 !

Nous devons nous inspirer des valeurs qu’il a défendues toute sa vie durant et suivre son exemple, pour poursuivre et parachever le combat qui a toujours été le sien, à savoir : défendre et préserver l’indépendance et la liberté de son pays, construire un Burkina de justice et de démocratie dans une Afrique unie et solidaire, consacrer ses forces au développement de son pays et au progrès de son peuple.

Ouagadougou le 30 septembre 2018

Pour le Bureau Exécutif National du PDS/METBA

Le Président

Philippe OUEDRAOGO

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Il y a 4 commentaires

  1. Honorable Hama Arba Diallo, repose en paix. Tu as été icône. Le Faso nt’oubliera jamais. Tu as tant fais pour cette patrie. Oh le carton rouge à Blaise. Paix à ton âme Amen

  2. Honorable Hama Arba Diallo, repose en paix. Tu as été icône et tu le resteras. Le Faso nt’oubliera jamais. Tu as tant fais pour cette patrie. Oh le carton rouge à Blaise. Que dieu t’accorde la place de choix auprès de lui. Amen

  3. Honorable Hama Arba Diallo, repose en paix. Tu as été icône. Le Faso nt’oubliera jamais. Tu as tant fais pour cette patrie. Oh le carton rouge à Blaise. Paix à ton âme Amen

  4. Honorable Hama Arba Diallo, repose en paix. Tu as été icône et tu le resteras. Le Faso nt’oubliera jamais. Tu as tant fais pour cette patrie. Oh le carton rouge à Blaise. Que dieu t’accorde la place de choix auprès de lui. Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre