Politique nationale de la justice : Le comité de revue tient sa première session de l’année 2018

413 0

Le comité de revue du programme d’appui à la Politique nationale de justice a tenu sa première session de l’année 2018 ce vendredi 5 octobre. Réunis au sein du ministère de la justice, les différents acteurs de ce comité vont examiner le programme d’appui à la politique nationale de la justice sur les rapports, les évaluations et approuver les états financiers des projets.

Bésolé René Bagoro, ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux, à l’ouverture de la session du comité de revue du programme d’appui à la Politique nationale de justice ce 5 octobre 2018,  a tenu tout d’abord à remercier la délégation de l’Union Européenne qui, depuis plusieurs années accompagne son département. Il a ensuite traduit sa reconnaissance à l’endroit des membres statuaires qui accompagnent ce programme. 

L’objectif général du programme d’appui à la politique nationale de justice est de contribuer au renforcement de l’état de droit.  Ce comité de revue a la particularité d’examiner uniquement ledit programme. Pour le ministre de la justice, le plus grand défi est l’informatisation de la chaine pénale et des autres structures qui sont affiliées.

« Le contexte sociopolitique et sécuritaire du pays vient une fois de plus confirmer tout l’intérêt de renforcer l’institution judiciaire par le biais du renforcement des compétences des acteurs qui l’animent, du renforcement de ses capacités opérationnelles et son accessibilité à tous. C’est à ce prix que nous contribuerons à l’amélioration de l’efficacité globale et de la crédibilité de l’institution » (Bésolé René Bogoro)

Pour Thierry Barbe, chef de la coopération de l’Union Européenne au Burkina Faso, c’est un sentiment de joie qui les anime  de pouvoir se réunir afin d’apprécier les avancées du programme. Outre les acquis engrangés au cours de ces quatre années d’exécution du programme, Thierry Barbé a tenu à rappeler les défis qui à  relever dans les 6 derniers mois qui restent au programme.

Il a exprimé son inquiétude sur ces défis par rapport  au temps. « Il reste 6 mois ou plutôt il ne reste que 6 mois : c’est très peu pour informatiser une chaine pénale, c’est très peu pour mettre en œuvre des recommandations permettant d’améliorer le fonctionnement de la chaine pénale, c’est très peu pour définir le cadre de développement de l’informatisation du casier judiciaire et c’est très peu pour définir une politique pénale ». Le chef de la coopération de l’Union Européenne au Burkina Faso a aussi fait ressentir ses inquiétudes liées aux retards de distribution du matériel  acquis en 2017 pour informatiser la chaîne pénale et au décaissement de la contrepartie financière de 2018.  

« Vous avez la lourde responsabilité de statuer sur l’orientation des projets et programmes intervenant dans le programme budgétaire « administration judiciaire ». L’exercice de cette responsabilité nous commande une assiduité, un examen sans complaisance des documents et un suivi des recommandations des différentes sessions », a indiqué pour sa part, le ministre de la Justice.

Cette première session de l’année 2018 du comité de revue sera consacrée à  présenter le projet de rapport semestriel de l’Assistance Technique, le rapport d’exécution du devis programme no3 par la régie et  l’état d’avancement des 4 projets  « amélioration des conditions carcérales ».

Basile SAMA (Stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre