Cinéma: Djimon Hounsou incarnera le rôle de Denis Mukwege, prix Nobel de la paix

1633 0

Le gynécologue-obstétricien congolais, Denis Mukwege, recemment distingué Nobel de la Paix 2018 sera incarné par l’acteur Béninois, Djimon Hounsou, dans un long-métrage inspiré de « Panzi », son ouvrage coécrit avec Guy-Bernard Cadière en 2014.

Le site américain Variety a annoncé le 22 octobre 2018 que le gynécologue-obstétricien congolais, Denis Mukwege, lauréat du prix Nobel de la paix, aux côtés de l’Irakienne Nadia Murad, devrait voir son œuvre immortalisée dans un long-métrage qui sera une adaptation éponyme de son livre coécrit par son homologue belge Guy-Bernard Cadière (Éditions du Moment, 2014), « Panzi – Au Congo, deux médecins soignent des femmes violées et luttent à leurs côtés contre la barbarie ».

L’histoire de l’hôpital « Panzi » du Docteur Denis Mukwege

L’hôpital « Panzi » a été fondé en 1990 par Denis Mukwege, à Bukavu, sa ville natale en RDC. Sa spécialité, soigner les femmes, de toutes les générations, mutilées ou violées dans l’Est du pays sous le joug des groupes armés qui s’affrontent sans merci et qui se livrent à des viols collectifs utilisés comme arme de guerre.

Denis Mukwege surnommé « l’homme qui répare les femmes » a reçu de nombreuses distinctions avant de décrocher la plus illustre d’entre elles le 05 octobre 2018 à savoir le prix Nobel de la Paix.

« Je n’en ai jamais fait mon objectif. J’ai travaillé pour restaurer la dignité des femmes. En RD Congo tout d’abord, mais aussi dans d’autres pays, puisque je suis maintenant sollicité en Guinée, en Centrafrique et même en Irak. Je me suis investi pour cette partie de notre humanité qui souffre, sans jamais me préoccuper d’une quelconque récompense », avait-il déclaré dans une interview accordée à Jeune Afrique début octobre.

La réalisatrice du prochain film sur Denis Mukwege, la Française Marie-Hélène Roux a tourné son regard vers la célébrité Béninoise d’Hollywood, Djimon Hounsou, 54 ans. L’histoire de Denis Mukwege a déjà fait l’objet de deux documentaires, à savoir, « Congo, un médecin pour sauver les femmes » d’Angèle Diabang Brener et « L’homme qui répare les femmes – La colère d’Hippocrate » de Thierry Michel et Colette Braeckmann, respectivement en 2014 et en 2015.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                Burkina 24                                                                                                                                                                        Source : Jeune Afrique



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *