Gestion foncière au Burkina : Le diagnostic de l’ARGA

567 0

L’Alliance burkinabè pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA-Burkina) tient, du 24 au 25 octobre 2018 à Ouagadougou, un atelier de réflexion sur le thème « Gouvernance foncière au Burkina Faso : Quelles alternatives aux crises sociales dans les collectivités locales ». L’objectif est de poser le débat sur la gestion foncière avec les représentants de toutes les catégories d’acteurs du domaine afin de recueillir des propositions consensuelles pour un accès transparent et équitable à la terre et d’endiguer les crises y relatives dans les conseils municipaux.

Au Burkina Faso, la terre est considérée comme la première richesse. La question foncière  soulève de plus en plus des enjeux socio-économiques. Dans de nombreuses communes, les questions de lotissements, d’attributions de terre rurales et autres ont été à la base de graves crises au sein des conseils municipaux ou opposés les élus locaux aux populations. Cette situation peut être expliquée par diverses raisons.

Il s’agit, entre autres, de la spéculation immobilière, les détournements et les ventes des terres par certains élus locaux. Ce sont des situations qui pourraient entraîner des blocages des collectivités territoriales voire la suspension ou la révocation de certains maires. Comme conséquence, les sociétés immobilières semblent avoir acquis un monopole de la gestion foncière.

Des craintes de risques d’implosions sont de plus fortes, surtout dans les centres urbains comme Ouagadougou ou près de 40% de la population vit en zone non lotie. En vue de contribuer à l’amélioration de la gouvernance du foncier aussi bien rural qu’urbain au Burkina Faso, l’Alliance burkinabè pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA-Burkina) réfléchit du 24 au 25 octobre 2018 à Ouagadougou avec une diversité d’acteurs intervenant dans le domaine du foncier.

Selon le Médiateur national de ARGA-Burkina, Boureima Ouédraogo, l’objectif de cette rencontre est de poser le débat sur la gestion foncière avec les représentants de toutes les catégories d’acteurs du domaine afin de recueillir des propositions consensuelles pour un accès transparent et équitable à la terre et d’endiguer les crises y relatives dans les collectivités territoriales.

Au programme de ces deux jours de discussion, ce sont des communications sur le diagnostic de la gestion du foncier, la mise en exergue des influences qui participent à la gestion des terres, la recherche des mécanismes de résolution des crises, identifier des propositions et actions pour contribuer à l’amélioration durable de la gestion du foncier par les collectivités territoriales. 

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre