15 ans de LeFaso.net : “75% des visiteurs du site sont des Burkinabè”

1402 0

Lefaso.net a 15 ans cette année et compte une trentaine d’employés dont une vingtaine de journalistes. Le bilan de l’évolution du site et l’ouverture officielle de l’Institut supérieur de la communication et du multimédia (ISCOM), ont été les grands points qui ont marqué la célébration, le samedi 27 octobre 2018 à Ouagadougou, des 15 années de vie du site d’information burkinabè.

L’ancien Premier ministre Tertius Zongo, le Chef de file de l’opposition politique Zéphirin Diabré, le ministre des transports Vincent Dabilgou, la marraine Hadja Ouattara/Sanon, ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes qui représente également le président de la cérémonie, Rémis Dandjinou, ministre de la communication, se sont tenus aux côtés du fondateur du site, Cyriaque Paré, pour souffler la 15e bougie de LeFaso.net.

Des hauts et des bas, le site en a connu. Mais aujourd’hui, de par son ancienneté, le site a eu de la notoriété. De nos jours, LeFaso.net a à son actif une trentaine d’employés et une vingtaine de journalistes, a affirmé Cyriaque Paré, fondateur du site.

« Près de 50.000 personnes visitent le site par jour. Près de 42.000 lecteurs sont abonnés à la Newsletter. Près de 500 commentaires par jour sur les forums de discussion. Ce qui en fait le premier site burkinabè le plus visité derrière les plateformes internationales comme Google, Yahoo, YouTube. Sur les réseaux sociaux, Lefaso.net est le troisième au Burkina en termes de popularité. Sur Twitter, nous avons plus de 72.000 followers. Ce sont des données assez intéressantes qui soulignent l’intérêt de plus en plus croissant des Burkinabè pour ce mode d’information », souligne Cyriaque Paré.

De nombreuses personnalités étaient présentes pour la célébrations des 15 ans de Lefaso.net – Ph. B24

« Aujourd’hui, on note la montée en puissance du numérique et le défi, c’est de faire de ces médias des entreprises de presse viables », reconnait Cyriaque Paré, d’où ses remerciement à l’endroit des partenaires qui permettent de générer les ressources pour financer son entreprise, pour financer la trentaine de ses employés.

Pour les perspectives de développement, le fondateur du site a ouvert un institut de formation, l’Institut supérieur de la communication et du multimédia (ISCOM). Cela répond à un défi qui est celui de la formation du personnel qui anime ces médias, mais aussi d’offrir la possibilité de générer des ressources. « C’est un développement naturel du site avec l’ouverture de ce cadre de formation qui va permettre de renforcer les capacités de son propre personnel, mais de l’ensemble des médias car le numérique impacte aussi bien les médias numériques que les médias traditionnels », explique-t-il.

Le souhait de la marraine, Hadja Sanon, est que progressivement, « nous puissions aller vers le tout numérique. Je suis heureuse de dire qu’il n’y a pas mal de presses qui se créent complément en ligne. C’est ce que nous encourageons (…) Nous souhaitons que la presse puisse emboîter le pas de LeFaso.net en émettant seulement en ligne pour la préservation de la nature parce qu’aujourd’hui, 91% des Burkinabè ont accès au téléphone donc ils peuvent facilement aller en ligne et consulter. Je souhaite qu’il y ait la presse en ligne en langues locales de sorte que tous les Burkinabè puissent avoir l’information en ligne », a-t-elle commenté.

Irmine KINDA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *