Gestion des déchets : Des experts en conclave à Ouaga

545 0

Le Centre international  de formation des acteurs locaux (CIFAL) accueille du 30 au 31 octobre 2018 ,un atelier de réflexion sur la « Gestion durable des déchets dans nos villes ». Il s’agit d’un projet sous régional financé par la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) dont bénéficient la commune de Ouagadougou et cinq autres villes africaines. A la cérémonie d’ouverture marquée par la première journée des travaux, les organisateurs ont exposé la substance dudit projet aux Hommes de médias.

94 millions de dollars soit près de 50 milliards de F CFA, tel est le coût du projet régional sur la « gestion durable des déchets dans nos villes » dont sont bénéficiaires la ville de Ouagadougou, Lomé, Cotonou, Dakar, Bamako et Paradou.

« Ce qui nous anime ce matin, ce sont des sentiments de joie en ce sens qu’au niveau de la commune de Ouagadougou, nous avons en place un programme de mandat 2016-2021 dont l’environnement urbain vient en troisième position de nos priorités après la mobilité urbaine et la sécurité urbaine. C’est dire que la gestion des déchets nous tenait à cœur. Ce présent projet vient donc à point nommé. Ce projet ambitieux va nous réconforter dans notre position. Partant de là, nous allons profiter toujours remercier la BAOD, l’UEMOA et le FEM », s’est satisfait le 1er adjoint du maire de la commune de Ouagadougou, Moussa Belem.

Les participants à la première journée de réflexion sur la « gestion durable des déchets dans nos villes »

Il était alors opportun, à l’en croire, d’asseoir un cadre d’échange pour réfléchir et trouver des solutions idoines à la problématique des déchets dans la ville de Ouagadougou. Les experts ont deux jours pour s’y pencher efficacement. Selon le directeur de l’environnement et de la finance climat de la BOAD, Yacoubou Bio-Sawe, la BAOD est une banque de développement et l’institution a « le souci de la santé et de la sécurité des pays ».

C’est dans cette optique, dit-il, avec les conséquences constatées que l’initiative a été montée avec le FEM pour être financée à coût de milliards. Il a aussi rappelé combien ce projet est essentiel dont le but vise d’abord la santé publique. « Ce projet est un projet essentiel et c’est un projet que nous considérons comme un projet pilote car nous allons continuer d’investir dans le secteur pour que véritablement cela puisse couvrir tout notre espace afin de pouvoir avoir les résultats escomptés  », a-t-il déclaré. 

Le ministre en charge de l’Environnement, représenté par son directeur de cabinet, Rasmané Ouédraogo a salué les initiateurs et les bailleurs de fonds pour l’engagement et l’intérêt qu’ils portent pour les populations dans l’amélioration de leur condition de vie.

Saga SAWADOGO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *