Acquis de l’Insurrection : « Le constat est décevant »

1963 2

Une dizaine d’organisations de la société civile ont commémoré le 31 octobre 2018, le 4e anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 à travers une marche-meeting. Au nom des organisations partie prenante, Chrysogone Zougmoré, président du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), a eu « une pensée respectueuse et glorieuse pour [les] martyrs tombés, victimes de la horde de l’ex-RSP du lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida et du général Gilbert Diendéré », dit.

De l’avis de Chrysogone Zougmoré, président du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), des acquis de l’insurrection populaire, « le constat est décevant ». « Le silence méprisant qui est servi au peuple », parlant de la justice, a été dénoncé par M. Zougmoré, porte-parole des organisations partie prenante de la présente marche-meeting pour la commémoration du 4e anniversaire de l’insurrection populaire.

Toujours en lien avec les acquis de l’insurrection, Chrysogone Zougmoré a laissé paraître sa déception lorsqu’il affirmait que « le pouvoir du MPP et alliés et les autres clans réactionnaires et revanchards de la bourgeoisie ont criminalisé l’insurrection dans le nouveau Code pénal ». A l’en croire, l’article 314-1 prévoit même une peine de prison à vie pour quiconque participe à une insurrection. « Mais quelle honte ǃ », s’écrie Chrysogone Zougmoré.

Selon celui-ci, le pouvoir du moment se trompe. « Les mêmes causes produisent les mêmes effets. La prochaine insurrection du peuple déçu n’épargnera aucun clan car notre peuple, fort de son expérience depuis l’insurrection populaire d’Octobre 2014, sait désormais faire la différence entre ses vrais et faux amis », poursuit M. Zougmoré.

Outre ces aspects sur l’insurrection populaire, la critique est tombée également sur la gestion du pouvoir par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), quatre ans après les événements d’Octobre 2014. Les mots sont durs : « persistance de l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques, corruption et fraude ».

Vidéo – Insurrection : Le Coup de gueule de Chrysogone Zougmoré contre le MPP

Burkina 24

Par ailleurs, pour le porte-parole de la marche-meeting du jour, des parties du territoire burkinabè sont presque passées aux mains des terroristes et narcotrafiquants. « Notre pays est désormais comme le Mali et le Niger, un théâtre d’opération de l’armée française à la demande du pouvoir du MPP et alliés, véritable valet de l’impérialisme français », commente Chrysogone Zougmoré, devant la foule sortie en grand nombre à la Bourse du travail.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

There are 2 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *